Recherche

Ziguinchor : des producteurs de mangues à l'école des bonnes pratiques agricoles



Ziguinchor, 27 mai (APS) - Quelque 60 producteurs de mangues ont démarré lundi à Ziguinchor (sud) une formation de deux jours sur les exigences du référentiel de GLOBALGAP, axées sur l'hygiène et la traçabilité, dans le but d'accroître leur compétitivité à l'exportation, a constaté le correspondant de l’APS.

"Nous voulons pendant les deux sessions que nous organisons, informer amplement les petits producteurs de mangues de la région sur les référentiels du GLOBALGAP (les bonnes pratiques agricoles), et insister aussi sur l'hygiène et la traçabilité des manges", a déclaré Magatte Ndoye, coordonnateur du Programme de renforcement et de développement des capacités commerciales (PRDCC), à l'ouverture de cette rencontre.

Cette session de formation organisée par l'Agence sénégalaise pour la promotion des exportations (ASAPEX), en partenariat avec l'Union européenne (UE), est destinée aux petits producteurs de mangues de la région de Ziguinchor.

Selon M. Ndoye, 95% des exportations sénégalaises de mangues partent de la zone des Niayes, alors que la Casamance est une zone de forte production de ce fruit.

Il a rappelé que la zone sud du pays, regroupant les régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, dispose d'un potentiel dans le domaine de la production de mangues, qui demeure cependant inexploité.

"L'objectif du référentiel GLOBALGAP, c'est justement de renforcer la compétitivité des productions. L'application de ces exigences renforcent à la fois la qualité intrinsèque du produit, mais également la qualité commerciale", a-t-il expliqué.

"Si on arrive à retracer la production depuis l'exportation jusqu'au verger, on aura gagné le développement de la filière mangue. L'objectif poursuivi, c'est qu'ils (les producteurs) puissent arriver à la certification afin de leur permettre d'exporter en Europe et dans le monde", a-t-il poursuivi.

"Quelque soit la qualité de vos produits, il faut un certificat qui atteste que vous avez respecté les bonnes pratiques agricoles" a souligné Ndiassé Ngom, le chef du service agriculture et agro-industrie de l'ASAPEX.

"Les exportations de mangues se situent, en 2012, à environ 8.700
tonnes .Ce chiffre reste nettement inférieur au potentiel d'exportation du Sénégal qui a une production estimée à 150.000 tonnes", renseigne un document transmis à la presse.

"Des études ont révélé que la valeur en devises d'une tonne de fruits de légumes vaut 3 fois celle de l'arachide, 22 fois celle des phosphates et 2 fois celle des cotons et tissus", précise ce texte.

"Le potentiel de production dans le secteur horticole sénégalais est estimé à environ 1.000.000 tonnes réparties comme suit : 20% de fruits et 80% de légumes", selon le même document.

ASB/BK

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 136 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance