Recherche

Ville de Dakar : des ’’insuffisances’’ dans la gestion identifiées par l’évaluation du PPIAF



(APS) – Le rapport commis par le Service consultatif des infrastructures publiques -privées (PPIAF, en sigle anglais), membre du groupe de la Banque mondiale et de l’Agence Française de développement, a noté dans ses conclusions de ’’nombreuses insuffisances identifiées par l’évaluation de la gestion des finances publiques municipales de la ville de Dakar’’.

Le document remis à la presse lors du séminaire de validation tenu mercredi dans la salle de conférence de l’Hôtel de ville, souligne que ces ‘’insuffisances sont notées au niveau des six dimensions d’un système de gestion des finances publiques municipales dont plusieurs ne relèvent pas de la responsabilité de la ville’’.

Sur la budgétisation fondée sur les politiques nationales, le rapport estime que le processus de préparation du budget est bien efficace mais ce dernier n’est pas réalisé dans le cadre d’une programmation pluriannuelle et ne reflète pas les orientations des politiques municipales.

Le budget n’est que ‘’partiellement exécuté de manière ordonnée et prévisible’’, ajoute le document faisant état de ‘’mécanismes pas toujours efficaces pour assurer le contrôle et le suivi de l’utilisation des fonds publics’’

La faible performance de ce système dans son ensemble ne conforte que très partiellement les trois objectifs budgétaires constitués par la discipline budgétaire, l’allocation adéquate des ressources et la prestation efficace des services municipaux, explique le rapport.

C’est pourquoi, ajoute-t-il, les experts de la Banque mondiale estiment que des ‘’mesures rectificatives pourraient être élaborées par la ville et conduire à une plus grande discipline budgétaire de même qu’à une meilleure allocation des ressources disponibles’’.

Ces mesures devraient avoir un impact positif sur l’efficacité de la prestation des services ainsi que sur la qualité des mêmes services destinés à la communauté dakaroise, selon toujours le rapport.

Même ‘’s’il n’ y a sans aucun doute une très grande volonté de la part des autorités municipales de mieux servir la communauté métropolitaine’’, un vrai processus de réforme et de ‘’réforme de la gestion des finances publiques peut difficilement être mis en œuvre actuellement en l’absence d’un programme cohérent’’.

Le programme d’amélioration de la gestion municipale est une tentative de renforcer les capacités de gestion de la municipalité pour lui permettre de mieux se positionner sur le marché international où elle pourrait emprunter directement des capitaux sans passer toujours par l’Etat, selon Christian Diou, chargé de programme Développement urbain à la BM, interrogé par l’APS.

Selon lui, cette nouvelle méthode de gestion doit permettre à la municipalité de multiplier ses ressources et ses investissements dans les services à destination des zones sous-équipées.

’’Cette démarche commence déjà à avoir des résultats probants avec des financements de l’Agence Française de Développement et de la Société financière internationale (SFI) filiale de la BM, qui ont finalisé des prêts directs avec la mairie de Dakar’’, a souligné M. Diou.

En effet, pour le maire Pape Diop, présidant la cérémonie d’ouverture, il convient pour les collectivités locales de disposer d’instruments et d’outils de gestion modernes leur permettant à la fois de réaliser des investissements et de garantir la solvabilité par l’amélioration de leurs performances de gestion.

Qualifiant de ’’délicate’’ la mission de l’élu, Pape Diop a soutenu que l’exercice n’est pas toujours facile, car ‘’toujours pris entre les exigences de la demande sociale et la mise en œuvre du programme de développement urbain qui requiert beaucoup de moyens financiers’’.

L’évaluation de la gestion des finances publiques conduite par l’Agence française de Développement et la Banque mondiale est ‘’la première expérimentation en Afrique de l’utilisation de la méthode pour une municipalité’’.

Les indicateurs du rapport portent notamment sur l’évaluation synthétique de la performance de la gestion des finances publiques, l’évaluation de l’incidence des faiblesses de la gestion et les perspectives concernant la planification et la mise en œuvre des réformes municipales.


Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1255 fois
Association des Maires du Sénégal


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 6
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance