Recherche

Une activiste dénonce la recrudescence des violences faites aux femmes



Dakar, 26 fév (APS) – La présidente du Comité de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants (CLVF), Penda Seck Diouf, a dénoncé, mardi, à Dakar, l'''inquiétante recrudescence'' des violences faites aux femmes.

‘’Au Sénégal, la recrudescence des violences est inquiétante, parce que rien qu’en 2010, 26 % des violences faites aux femmes et aux filles sont constitués de coup et blessures, et 65 % des violences se déroulent dans l’espace domestique’’, a relevé Mme Diouf.

Penda Seck Diouf présentait, lors d’une rencontre d’échanges, un rapport des organisations de la société civile à propos des violences en direction de la 57-ème session de la Commission sur la condition de la femme (CCF).

La CCF est une commission du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) qui tient sa session du 3 au 13 mars prochain à New York sur le thème : "La prévention de l’élimination des violences faites aux femmes et aux filles’’.

Selon la présidente du CLVF, les violences faites aux femmes et aux filles ne sont pas un phénomène récent au Sénégal et ne connaissent ni âge, ni milieu spécifique, ni catégorie socio-professionnelle encore moins de situation matrimoniale.

C’est pourquoi cette rencontre a permis d’examiner la situation de ces violences et d'identifier les obstacles, les défis et progrès pour faire des recommandations à l’Etat, aux organisations de la société civile et aux partenaires techniques et financiers pour la prévention et l’élimination des violences faites aux femmes et aux filles, s'est-elle félicitée.

Selon elle, le rapport a insisté sur les progrès réalisé par le Sénégal en termes de lutte contre ces violences dans la mesure où le pays a ratifié la plupart des instruments juridiques internationaux et régionaux de protection des femmes.

Elle a souligné que l’accent a été mis sur les formes de violences subies par les femmes et les filles et qui sont des violences verbales, psychologiques, morales, économiques et également sexuelles.

Présent à cette rencontre, le manager du Projet d’appui à la promotion des droits des femmes et des filles (PAPDFF), Serigne Lahbib Ndiaye, a indiqué que l’Etat du Sénégal est en train de prendre des mesures pour que les violences faites aux femmes et aux filles soient punies sous toutes leurs formes



‘’Toutes les personnes qui exerceront chez les femmes ou les filles des violences réprimées par la loi seront traduites devant la justice qui, de son côté, fera son travail’’, a prévenu M. Ndiaye.

‘’Nous sommes dans cette dynamique d’offre de service, et tout intervenant qui sera reconnus coupable de violence à l’endroit de femmes ou de filles en répondra devant la justice’’, a ajouté le manager du PAPDFF.

LTF/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 192 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance