Recherche

Un rôle accru attendu du privé pour le financement de l'éducation



Dakar, 23 jan (APS) - Le secteur privé, dont les contributions à l'éducation représentent moins de 0,1 % des bénéfices des deux plus grandes compagnies pétrolières du monde, devrait "jouer un rôle nettement plus important" dans le financement de ce secteur à travers le monde, estime l'équipe du Rapport mondial de suivi sur l'Éducation pour tous (EPT), publié par l'UNESCO dans un document d'orientation.

Ledit document est présenté alors que les leaders politiques et les chefs d'entreprise se réunissent à Davos (Suisse) pour le Forum économique mondial annuel.

"Les contributions actuelles du secteur privé, en faveur de l'éducation dans les pays en développement, dont le montant total atteint 683 millions de dollars US (plus de 336 milliards de FCFA) par an, ne représentent que 5 % de l'ensemble de l'aide consentie à l'éducation et seulement 0,01 % des bénéfices réalisés par les deux plus grandes compagnies pétrolières du monde, Exxon et Shell", précise le texte.

Au vu de tout cela, l'équipe du rapport mondial estime que "le secteur privé, qui tire partie d'une main-d'œuvre instruite et compétente, devrait jouer un rôle nettement plus important en matière de financement de l'éducation à travers le monde".

"Le nouveau document d'orientation montre que la part consentie à l'éducation est nettement inférieure à d'autres contributions du secteur privé en faveur du développement. 53 % des dons des fondations des Etats-Unis sont octroyés à la santé, mais seulement 8 % à l'éducation", constate-t-elle.

Selon le rapport, "cinq sociétés – Banco Santander, Cisco, Intel, Coca-Cola et Exxon – mobilisent à elles seules la majorité (60 %) des contributions du secteur privé en faveur de l'éducation".

"Pour donner une idée de la petite échelle de ces contributions, les 24 millions de dollars US (11,810 milliards FCFA) versés par Coca-Cola représentent moins de 0,3 % de son dernier bénéfice annuel déclaré. Exxon, qui est la deuxième société du monde, contribue à hauteur de 0,06 %."

"L'éducation n'a pas un supporter très connu, à l'instar de Bill Gates, pour encourager d'autres sociétés à apporter leur contribution", souligne Pauline Rose, Directrice du Rapport mondial de suivi sur l'EPT.

Selon elle, "le secteur privé ne devrait pas avoir besoin qu'on lui dise à quel point il est important d'investir dans l'éducation, mais il a besoin de quelqu'un qui représente sa cause et qui lui rappelle qu'il est l'un des premiers à bénéficier d'une main-d'œuvre instruite et compétente".

En 2011, pour la première fois depuis 1997, le total de l'aide au développement a diminué. Selon certaines estimations, l'aide en faveur de l'éducation devrait stagner jusqu'en 2015, en dépit d'un déficit de financement de 16 milliards de dollars US par an – montant minimum pour scolariser tous les enfants dans le pré-primaire et le primaire.

Les progrès en matière d'atteinte des objectifs de l'Éducation pour tous (EPT) – qui ne peuvent être réalisés sans financement – sont aujourd'hui au point mort, alors que nous sommes à trois ans de la date limite.

ASG/BK/DND

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 200 fois
Education-Formation


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance