Recherche

Transformations des produits : les femmes rêvent de passer à la phase industrielle



Dakar, 8 mars (APS) – Les transformatrices de produits agricoles, forestiers et halieutiques souhaitent désormais mettre en place des unités industrielles en vue de créer les conditins de la professionnalisation et le développement de leurs activités.

‘’Cela fait des années que nous évoluons dans la transformation des produits issus de l’agriculture et de la pêche. C’est devenu notre spécialisation, mais nous voulons aller plus loin et dépasser notre situation actuelle’’, a ainsi confié à l’APS, Ndèye Fatou Camara de la chambre des métiers de Fatick.

Pour Mme Camara et pour toutes les femmes qu’elle représente, le temps est venu pour l’Etat d’accompagner les femmes dans la création d’entreprises industrielles pour une production à plus grande échelle.

‘’Nous pouvons commencer par des unités familiales, cela nous permettra de produire plus, de faire travailler nos enfants qui sont dans les rues de Dakar à faire les marchands ambulant et aussi faire revenir nos filles éparpillées un peu partout et employées comme domestiques dans les maisons’’, a-t-elle indiqué.

Cependant, pour parvenir à cet objectif, les femmes ont besoin de financements plus importants pour l’acquisition de matériels, et obteir l’encadrement institutionnel pour la création d’entreprise.

Ces ambitions sont sans aucun doute légitimes. En effet, qu’elles travaillent en ville ou en campagne, les femmes sénégalaises se sont investies dans la transformation des céréales locales, des produits forestiers et de la pêche.

Et elles ont acquis un grand savoir-faire et des techniques, grâce notamment à l’appui de l’Etat ou de partenaires étrangers qui leur ont permis de bénéficier de formations dans le domaine du renforcement des capacités et des connaissances.

Aujourd’hui qu’elles ont la maîtrise de plusieurs techniques leur permettant d’élargir la gamme des produits classiques, comme les fruits, les légumes, le mil, l’arachide ou les jus, elles ont innové en proposant des produits comme le café, le vinaigre et les infusions à base de produits locaux.

La 19-ème foire internationale de Dakar (FIDAK) qui s’est tenue du 24 février au 7 mars, a été l’occasion pour les femmes venues de toutes les régions du Sénégal de faire connaître leurs ambitions, qui consistent à franchir une étape supérieure pour se tourner résolument vers l’industrialisation.

Collant parfaitement au thème de la Journée mondiale de la femme de cette année qui est : ‘’Egal accès des femmes et des jeunes filles à la formation et à l’emploi décent : quelles perspectives’’, les femmes, en dehors de la formation sur les techniques de transformation, veulent renforcer leurs connaissances en gestion, management et marketing.

La maîtrise des techniques de vente et d’approche est autant nécessaire à la création d’étiquettes qu’à la fabrication d’emballages pour rendre les produits industriels plus attractifs.

Les femmes se disent prêtes à se lancer dans le secteur industriel, pour assurer le développement de leur localité et aider à la création d’emplois pour des milliers de jeunes, et à freiner l’exode rural.

BS/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 983 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance