Recherche

Thiès : un atelier pour la pérennisation des acquis d'un projet d'amélioration de la qualité de l'enseignement



Thiès, 11 fév (APS) – Un atelier sur la pérennisation des activités du Projet USAID/ éducation priorité qualité (EPQ), mis en œuvre dans six régions notamment (Kédougou, Kolda, Sédhiou, Ziguinchor, Fatick, Tambacounda), s’est ouvert mardi à Thiès, a constaté le correspondant de l’APS.

Le projet EPQ a cinq composantes, précise son responsable Ahmed Tidiane Diallo. La première concerne la décentralisation de la formation des enseignants et leur développement professionnel.

Le développement intégral du collège, et l’amélioration des compétences de base des élèves en mathématiques et en français font aussi partie des composantes du projet de même que l’éducation inclusive du genre et la mobilisation communautaire.

Selon Ahmed Tidiane Diallo, dans le cadre de l’éducation inclusive, le projet a élaboré un guide et formé 251 enseignants et acteurs qui ont encadré plus de 600 jeunes marginalisés ou porteurs de handicap.

Et dans le cadre de l’amélioration des compétences de base des élèves en mathématiques et en français, le projet EPQ a permis la mise en œuvre d’un système de remédiation des compétences de base en français et en maths, avec à la clé la formation de 3500 enseignants en techniques de remédiation, souligne M Diallo.

Il précise que cela a également permis de dispenser, à plus de 80.000 élèves des classes de 6ème, 5ème et 4ème, des cours de remédiation, pour améliorer leurs compétences de base en français et en maths.

Le responsable d’EPQ a par ailleurs relevé qu’à quelques mois de la fin du projet, qui a démarré depuis 2010, le ministère de l’Education nationale et l’USAID/EPQ s’engagent dans un processus de capitalisation de ses acquis et de mise à l’échelle des bonnes pratiques.

Le Directeur de l’enseignement moyen et secondaire du ministère de l’Education nationale rappelle que, depuis 2010, le projet EPQ accompagne ce département pour l’amélioration et la gestion de la qualité de l’éducation ainsi que le relèvement du niveau des élèves en mathématiques et en français.

Ibrahima Ndour signale que les résultats escomptés ont été atteints, pour une bonne pratique des enseignements du français et des mathématiques dans les six régions bénéficiaires.

Selon lui, la motivation des enseignants doit d’abord être d’ordre moral, avant d’être d’ordre pécuniaire.

‘’Le fait d’avoir formé des ingénieurs, des avocats, des journalistes, des fonctionnaires de haut niveau, qui exercent pour le développement de leurs pays’’, doit être une source de motivation et d’engagement pour l’enseignant’’, a-t-il estimé.

Au Sénégal, le problème d’accès à l’éducation est presque résolu, mais la qualité, qui est une quête permanente, est encore attendue pour parvenir à une éducation de qualité, a-t-il fait observer.

BD/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 105 fois
Education-Formation


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance