Recherche

Tambacounda : 69,5 millions de financement du FNPEF aux groupements féminins depuis 2004



Tambacounda, 11 juin (APS) - Les financements accordés par le Fonds national de promotion de l’entreprenariat féminin (FNPEF) aux groupements féminins de la région de Tambacounda depuis 2004, s’élève à 69,5 millions de francs CFA, pour 21 projets, soit le plus faible nombre de demandes du pays, a révélé jeudi, un agent de la FNPEF.

De 2004 à maintenant, en termes de financements, les groupements féminins de la région ont capté 69,5 millions de francs de financement du FNPEF, lesquels sont allés à 21 projets pour la plupart intervenant dans la transformation, a dit Abdoulaye Seck.

Il s’exprimait lors d’un CRD qui a été mis à profit pour informer les présidentes de groupements féminins, ainsi que les responsables du développement local et les autorités de manière générale, pour vulgariser les critères d’éligibilité à d’un nouveau projet de financement du FNPEF, ainsi que de son mode de fonctionnement.

Ce projet qui vise à ‘’favoriser l’émergence de femmes entrepreneurs, capables d’identifier des créneaux porteurs, monter des projets viables et de les exécuter suivant des principes de gestion modernes’’, financera un projet structurant de 30 millions dans chaque région du pays.

Outre ce financement, quelque 35 personnes ou associations, ont bénéficié d’une formation en gestion dans le cadre du volet non-financier du PNPEF, a ajouté M. Seck, non sans relever que ‘’Tamba a le plus faible nombre de demandes’’.

Pour ce qui est du taux de remboursement, il est à hauteur de 75 pour cent, un niveau jugé ‘’bon’’, par le responsable administratif et financier du Fonds, Mass Niang au vu du contexte économique de la région.

Les demandes globales de financement exprimées au niveau national s’élèvent à 39 milliards de francs CFA, a indiqué M. Niang, selon qui un budget annuel d’1 milliard est alloué par le FNPEF au financement de projets de femmes.

Pour le consultant du FNPEF, Cheikh Tidiane Tall, la distance qui sépare la région de la capitale peut expliquer cet état de fait, en plus du fait que les agents en charge du projet ‘’faisaient la chose seuls’’ alors qu’ils ne connaissaient pas suffisamment la région.

Il a noté que l’apport et l’intérêt respectivement de 5% étaient ‘’accessibles’’ et que le projet ne demandait pas de garantie.

Certains ont évoqué le manque d’information par rapport à ce projet pour expliquer cette faible demande.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 969 fois
GENRE


Commentaires articles

1.Posté par niang le 17/06/2009 01:24
Encouragent car nous devons s unir ou perir

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance