Recherche

TAMBACOUNDA :Les premières femmes sénégalaises tisseuses étrennent leur parchemin.

Que les femmes de la région orientale remuent ciel et terre pour une croisade sans merci contre la pauvreté, cela est indubitable. Elles étaient jusqu’ici connues dans les activités commerciales ou encore la restauration et le maraîchage, maintenant elles vont exceller dans le tissage traditionnel (bande large) avec le concours du reste très précieux de l’ONG « LA KORA ». Ce lundi, toutes les 20 stagiaires ont brandi leur parchemin et ce, au terme d’une session initiale de formation de 3 semaines.



C’est d’abord Bengaly Kaba, le premier maire adjoint de Tambacounda qui s’est vivement félicité de cette initiative de l’ONG « LA KORA » dont il dira qu’elle n’a jamais cessé d’apporter son précieux concours aux artisans de la région orientale. Après avoir grandement contribué à la mise en place d’une structure nationale des professionnels du bois, « LA KORA remet cela en initiant, pour la première fois de l’histoire de notre pays, des femmes aux métiers du tissage » dira avec beaucoup de note de fierté Mme Diamé la directrice du CRETEF qui poursuivra en exhortant les responsables de cette ONG à ne jamais lâcher prise.

20 femmes de la région orientale issues de différents groupements dont certaines sont des couturières ont eu le privilège de bénéficier de ce stage sanctionné par de très belles attestations, dont la seconde phase de trois semaines également se tiendra ici au mois de décembre prochain. Si l’on en croit Makhtar Anta Diop le Directeur exécutif de l’ONG « LA KORA », les 5 ou 8 femmes à s’être distinguées, suivront en février 2009 au Burkina Faso où l’expertise des femmes tisseuses du Kadiogo est connue de partout dans le monde, un stage de formation des formateurs et qui devra permettre à terme de démultiplier ces compétences dans les coins les plus reculés de la région orientale qui a une tradition de tissage et de teinture à l’indigo

Les problèmes liés à la commercialisation des pagnes tissés ne se posera guère d’autant plus qu’il est clairement établi que les besoins sont énormes car le pagne tissé est très prisé, soutient-on, surtout du côté des menuisiers qui nous ont très clairement signifié que pour les besoins de la tapisserie, le produit est plus beau, plus résistant et moins cher. La matière première ne fait point défaut avec la kyrielle d’industries de filature existant dans le pays. L’ONG « LA KORA » ne compte pas s’arrêter en si bon chemin d’autant plus qu’elle envisage mettre sur pied un groupement des femmes tisseuses de la région orientale, une entreprise qui pourrait grandement contribuer à créer de la richesse et c’est peut être pourquoi, la porte parole des bénéficiaires en appellera au concours des pouvoirs publics allant dans le sens de leur appui à cette ONG qui a, il faut le souligner, révolutionné le monde de l’artisanat dans la région de Tambacounda et bien au-delà.

Cet appel semble ne pas tomber dans l’oreille d’un sourd, le gouverneur Cheikh Tidiane Dieng venu présider la cérémonie officielle de clôture laissera entendre que l’Etat ne saurait ne pas suivre et appuyer de pareilles initiatives qui cadrent parfaitement avec ses objectifs de formation professionnelle et de création d’emploi, surtout que « c’est une initiative qui permet de ressusciter un vieux métier avec la présence de la SODEFITEX devant être mise à profit, en rapport avec les ministères concernés, pour créer un label tambacoundois car ce ne sont pas les opportunités commerciales qui font défaut » dira-t-il.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1341 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance