Recherche

SINDIA- DEVELOPPEMENT DURABLE ET REDUCTION DE LA PAUVRETE Le reboisement, un atout maître

L’association d’actions concertées pour l’entraide et la solidarité (Acces) basée à Sindia, dans le département de Mbour, a organisé le 21 août 2009 une journée de reboisement à Sindia Kafngoune. Cette activité entre dans le cadre de son programme « Promotion du développement durable et réduction de la pauvreté dans les communautés rurales de Yène, Diass et Sindia ». La démarche partenariale implique aussi le service des Eaux et Forêts et les groupements de promotion féminine des collectivités locales citées. Ces femmes ont en charge treize aires protégées pour une surface de quarante-cinq hectares.



A en croire, le commandant Opa Diatta, le chef du service départemental des Eaux et Forêts, la journée de reboisement menée à Sindia Kafngoune entre dans le sillage de ce qui a été fait à Diass, le 02 août 2009, dans le cadre de la célébration de la journée de l’arbre. Pour lui, l’activité est un prolongement salutaire et elle entre dans le cadre de la sensibilisation de l’ensemble des populations. Pour autant, le lancement de la campagne de reboisement à partir de la communauté rurale de Sindia est une phase importante.

De son avis, il faut en effet désherber les environs de l’espace où se trouve le plant en premier. En second, Opa Diatta suggère la confection des abords de l’arbre plantée d’une sorte de cône avec les matériaux pour retenir l’eau. Ensuite, il recommande de protéger la plante de la divagation des animaux qui sont de véritables prédateurs pour les plantes cultivées. Et le chef du service départemental des Eaux et Forêts de conclure en disant que planter un arbre demeure un acte noble.

Samba Bâ, le responsable d’Acces a rassuré que le reboisement entre dans le volet de la promotion des ressources naturelles et l’implication de l’aspect genre. Pour lui, les 45 hectares reboisés au niveau des 13 aires protégées dans les différentes communautés rurales relèvent de la gestion communautaire des femmes. Celles-ci s’engagent dans la lutte pour la régénération naturelle des espèces, basée sur une stratégie de gestion durable des ressources.

A l’en croire, les femmes organisées en groupements de promotion féminine font des demandes de terre au niveau villageois. Elles sont ensuite répercutées au niveau communautaire pour recevoir l’approbation du conseil rural. Les actes d’attribution ont permis, selon ses propos, la pose de 5500 plants en trois ans. Les espèces végétales choisies et plantées à travers ces différents sites sont des tamariniers, des arbres à henné ,des dattiers du désert ou soump ,des eucalyptus, des new ou pommiers du Cayor, des danx, des alom. Toutes ces plantes ont disparu ou sont en voie de l’être au niveau des sites ciblés.

Dès lors, il urge d’œuvrer à leur retour par des activités de reboisement. Et Samba Bâ de faire part des activités d’encadrement consistant à la revalorisation des produits locaux par la production de jus de bissap et la transformation des fruits et légumes. Fatou Dione, la présidente des femmes de Sindia Kafngoune, a loué pour sa part, les activités menées sous la direction d’Acces grâce à laquelle elle compte accéder au retour des plantes disparues pour un bien être communautaire.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 3112 fois
Initiatives Locales,parlons-en


Commentaires articles

1.Posté par Le Chanu le 24/02/2010 11:56
Chère Madame, cher Monsieur,

Concernant la revalorisation des produits locaux dans votre articles, moi ainsi que quelques amis faisont parti d'une association, SIFE, au sein de laquelle nous devons mener différents projets basés sur le commerce. Nous sommes en effet actuellement en Ecole de comerce à Paris et notre projet se situe au Sénégal et concerne la plante jatropha. Notre but est d'amélirorer l'économie locale en produisant des produits locaux tels que les biocarburants ainsi que les savons que l'on peut obtenir à partir de cette plante.

Seulement nous recontrons quelques difficultés pour trouver les 3 villages que nous allons sélectionner et nous souhaiterions travailler avec une association déjà présente sur place.


Se serait un plaisir de vous fournir de plus amples informations concernant notre projet !

Dans l'attente d'une réponse de votre part, je vous prie d'agréer Madame, Monsieur, l'expression de mes plus sincères salutations.

Mlle Le Chanu Charlotte

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance