Recherche

SEDHIOU - VALIDATION DU PLAN D’HARMONISATION POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE HATEZ-VOUS ! LA VULNERABILITE CHRONIQUE SIGNALEE



Sédhiou est pensionnaire des régions soumises à une vulnérabilité chronique à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Le secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire, Aly Mouhamed Camara dit Séga, qui l’a relevé, a animé, vendredi dernier 5 août, une réunion de partage et de validation des projets et programmes d’interventions en vue d’une harmonisation des stratégies. Cependant, et aux yeux des spécialistes de la nutrition, la région regorge d’énormes potentialités dont l’exploitation rationnelle bouchera les trappes de vulnérabilité pendant très longtemps.

En mars dernier a lieu une cartographie, à l’échelle nationale, des projets et programmes de sécurité alimentaire et de résilience sous l’égide de la Primature et du Secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire. Et, cette réunion du Comité régional de développement (CRD) tenue à Sédhiou vendredi dernier vise à partager et à valider les résultats de cette cartographie des interventions de sécurité et de nutrition aux fins d’une application générale.

«Le premier objectif de cette réunion est de présenter les missions et attentes du Secrétariat exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire à l’ensemble des acteurs qui travaillent sur le terrain. Le deuxième consiste à présenter les documents phares de politique de sécurité alimentaire ainsi que les outils qui nous permettent d’évaluer la situation de sécurité alimentaire, de la vulnérabilité et des zones éco-graphiques du Sénégal. Et enfin, le troisième objectif vise à présenter la cartographie des projets et programmes. Nous sommes ici aujourd’hui pour partager et valider le travail fait sur le terrain», a indiqué Aly Mouhamed Camara dit Séga, le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire au cabinet du Premier ministre.

Outre le dispositif d’alerte précoce, de collecte et d’analyse des données, le conseil entend également se donner les moyens de fédérer l’ensemble des forces vives du pays autour des questions de sécurité alimentaire. «Cette nouvelle stratégie consiste à fédérer l’ensemble des forces vives parce que c’est le cadre de référence de l’ensemble des interventions en matière de sécurité alimentaire au Sénégal. Cela permet d’optimiser les résultats visés», a ajouté Aly Mouhamed Camara dit Séga.

«SEDHIOU CRIE SA VULNERABILITE SUR UN TAS DE BLE», L’ABSENCE DE REALISATIONS A L’ORIGINE

Sédhiou est l’une des rares régions du Sénégal où la vulnérabilité chronique reste encore manifeste. Et pourtant, dans ce terroir du Pakao, tout à l’image du grand bassin de la Casamance, la nature est généreuse et à même de dissoudre les trappes de pauvreté. C’est le sentiment de docteur Moussa Souané, le président de la Chambre de commerce de Sédhiou et coordonnateur du Programme de renforcement de la nutrition. D’où son appel à la valorisation des potentialités disponibles pour pérenniser la sécurité alimentaire.

«C’est un paradoxe que Sédhiou soit parmi les régions les plus vulnérables en terme de sécurité alimentaire car la région regorge d’énormes potentialités naturelles principalement en biodiversité. Ne serait-ce que la production agricole et végétale en général, les opportunités sont nombreuses. Seulement, elles ne sont pas bien exploitées et l’encadrement ainsi que la sensibilisation, l’information et la subvention font défaut. Il suffit de bien réorganiser ces filières porteuses de croissance pour éliminer la faim dans nos régions», a soutenu Dr Moussa Souané.

En attendant l’autosuffisance alimentaire, ils sont de plus en plus nombreux à réclamer une discrimination rationnelle en faveur de la région de Sédhiou pour réajuster le panier de la solidarité. Et c’est bien possible si l’on en croit Aly Mouhamed Camara dit Séga, le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire qui dit attendre le schéma validé des activités de terrain pour aider les plus vulnérables à se remettre.

Corriger les trappes de pauvreté, c’est bien. Mais, ne serait-il pas mieux d’installer les mécanismes de production et d’exploitation optimale des ressources naturelles de la région sud ? Cet impératif fait aussi appel à un autre qui consiste à réaliser ici des unités de production, de transformation et de commercialisation avec un réseau routier qui facilitera la mobilité des personnes et des biens et pour toujours. Ce comité CRD est présidé par le gouverneur de région, Habib Léon Ndiaye, qui recommande le suivi des programmes validés avec plus de proximité aux zones excentrées de la région.

Sud quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 73 fois
Sécurité alimentaire


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance