Recherche

SANTE DE LA REPRODUCTION ET VIH/SIDA Synergie Banlieue à l’œuvre à Guédiawaye

Les différents acteurs de Guédiawaye (Iden, district sanitaire et organisations communautaires de base) se sont retrouvés les mardi 12 et mercredi 13 juillet dernier au Centre de santé Roi Baudouin de Guédiawaye. C’était dans le cadre d’un atelier de mise en route du projet « Aar Xaley Guédiawaye » porté par Synergie Banlieue, en partenariat avec l’agence catalane de coopération pour le développement, Save the Children et la division de la santé de la reproduction du ministère de la santé.



Après Pikine, voilà que Synergie Banlieue déroule son plan d’action à Guédiawaye dans le cadre de son programme de lutte contre le Vih/Sida. En effet, Synergie Banlieue a procédé mardi dernier 12 juillet à l’ouverture d’un atelier de deux jours pour la mise en route du projet « Aar Xaley Guédiawaye ». Le projet « vise à améliorer la prévention des risques de contagion du Vih/Sida et des autres infections sexuellement transmissibles chez les adolescents et les jeunes de Guédiawaye, en favorisant une éducation sexuelle et des services de santé conformes à leurs besoins », renseigne Chérif Diallo, Coordonnateur du projet à Synergie Banlieue.

Mme Guèye Ndèye Bâ, Inspectrice départementale de l’Enseignement à Guédiawaye, a signalé qu’il y a un problème de communication familiale qui fait que les enfants à l’âge de 10 ans méconnaissent les problèmes liés au Sida et aux maladies sexuellement transmissibles. « C’est fondamental d’en parler quand on voit les nombreux cas de viols et de violence sexuelle dans notre société. Il est dangereux que l’enfant ait peur d’en parler, parce qu’on en parle presque pas dans nos communautés », poursuit-elle.

Adama Ndiour, Assistante sociale, membre de l’Ong Synergie pour l’Enfance, associée à Synergie Banlieue dans le cadre de ce projet, a pour sa part reconnu que « la communication familiale est le parent pauvre en matière de santé de la reproduction », et elle estime qu’il doit y avoir « un travail à mener pour qu’il y ait un recadrage au niveau de la famille ». Selon elle, l’étude dévoilée par Synergie Banlieue démontre que tous les adolescents interrogés connaissent les problèmes liés au Vih/Sida par la voie de l’école ou par internet et non dans le cadre du cercle familial.

En effet, sur 1500 jeunes, âgés de 10 à 15 ans, interrogés à Pikine, Yarakh, Parcelles Assainies et Guédiawaye, 99 % d’entre eux connaissent le Sida, mais seulement 64, 8 % connaissent les maladies sexuellement transmissibles. L’étude a également révélé que 76, 0 % des filles et 86, 9 % des garçons connaissent les préservatifs. En définitive, la stratégie de Synergie Banlieue dans ce projet « repose sur l’intervention tri sectorielle en milieux sanitaire, scolaire et communautaire pour renforcer les capacités de protection des adolescents face au Vih/Sida et promouvoir durablement chez eux des reflexes de prévention ».

L’atelier qui a pris fin mercredi 13 juillet 2011 est organisé avec l’appui du Centre Conseils pour adolescents et le Centre de dépistage volontaire et anonyme (Cca/Cdva) de Guédiawaye.

Chérif FAYE
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1076 fois
Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS)


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance