Recherche

Rufisque : des conseillers municipaux réclament le maintien de la ville et de toutes ses ressources



Rufisque, 27 jan (APS) - Des conseillers municipaux de la mairie de Rufisque ont réclamé lundi le maintien de la ville et des ressources qui lui permettent de financer son budget, exprimant à nouveau leurs craintes de la voir disparaître avec l’acte 3 de la décentralisation, une réforme territoriale en vue, qui pourrait faire de Rufisque un ‘‘chef lieu de département’’.

C’est Djiby Sow, adjoint au maire, qui a été leur porte-voix lors d’un point de presse au cours duquel il a prévenu que l’un des problèmes qui risque de se poser à Rufisque avec l’éventualité de la création en son sein de trois communes, est ‘‘une répartition très inégale’’ des moyens.

‘‘Le transfert des moyens vers les collectivités (nouvellement créées), qui se fait selon des critères naturels ou structurels, doit profiter à toutes les collectivités locales et non à une, ou d’autres arbitrairement choisies, au détriment d’autres sévèrement exclues’’, a estimé M. Sow, soutenant que la répartition des moyens à l’intérieur d’une ville ‘‘doit être un facteur d’équilibre’’.

‘‘Avec le nouveau code général des collectivités locales, il n’existera que deux ordres de collectivités locales : le département et la commune. Cela est la résultante d’une communalisation universelle et la création du département comme collectivité territoriale’’, a-t-il souligné, affirmant que ‘‘l’acte 3 de la décentralisation laisse apparaitre des non-dits’’.

‘‘L’inquiétude’’ vient selon lui ‘‘du fait que l’acte 3 pérennise des villes comme Dakar, Guédiawaye, Pikine’’, citées ‘‘tacitement par l’article 28 de la même loi’’.

S’appuyant sur l’histoire de la ville, les conseillers municipaux ont invité les autorités à mesurer les conséquences d’une éventuelle ‘‘disparation de la ville’’.

‘‘Depuis le XVI° siècle, Rufisque est le poumon culturel et coutumier de la République léboue constituée par la presqu’île du Cap Vert. Ainsi, la ville a toujours eu ses chefs coutumiers’’, a rappelé Djiby Sow, ajoutant que le conseil municipal ‘‘ose espérer que les autorités ne ferons pas moins que le pouvoir colonial, qui a fait de Rufisque une commune de plein exercice’’.

‘‘La ville de Rufisque, personne morale de droit public avec ses droits et ses obligations, s’émeut devant l’avenir de ses contrats avec ses employés, ses engagements avec ses partenaires nationaux et internationaux, bref de tous ses droits et obligations’’, a dit Djiby Sow.

Selon lui, ‘‘les conséquences de la situation dans laquelle on va se trouver avec l’application de l’acte 3 de la décentralisation seront entre autres l’augmentation du chômage, le déséquilibre territorial, la perte de la mémoire de la vieille ville (…)’’.

IG/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 78 fois
Décentralisation


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance