Recherche

Recherche agricole : La nouvelle approche du Coraf



Le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (Coraf) s’est doté d’une nouvelle vision consistant à parvenir à une réduction durable de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire dans sa zone d’intervention. Ce, par une augmentation de la croissance économique induite par l’agriculture et une amélioration durable des principaux aspects du système de recherche agricole. D’où sa nouvelle mission qui consiste à améliorer durablement la productivité, la compétitivité et les marchés agricoles dans ses régions de couverture. Ce qui nécessite un changement institutionnel de la structure pour parvenir à une satisfaction des demandes principales adressées au système de recherche de la sous-région par les groupes cibles. Et c’est dans cet ordre d’idées qu’il faut inscrire, au plan des changements programmatiques, le recours à l’’approche recherche agricole intégrée pour le développement’, connu sous l’acronyme anglais Iard. Le directeur exécutif du Coraf l’a révélé jeudi dernier à Saly au cours d’un atelier sous régional de sensibilisation sur le changement institutionnel de la structure. Pour Paco Sérémé, cette approche constitue le nouveau paradigme pour la mise en œuvre des huit nouveaux programmes identifiés en lieu et place de l’ancienne ‘approche réseau’ sur laquelle reposait essentiellement la coopération scientifique sous-régionale. Un choix largement partagé par les acteurs qui ont pris part à cette rencontre et qui soutiennent qu’il garantit une recherche intégrée prenant en compte toute la chaîne de production ciblée sur une stratégie sous-régionale clairement articulée et classée selon les priorités. ‘Notre atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan d’actions que nous avons défini pour un programme de changement institutionnel visant à nous accompagner dans la mise en œuvre de notre plan opérationnel 2008-2013’, révèle Paco Sérémé qui estime que ce plan opérationnel vise à appuyer le développement agricole des 22 pays membres du Coraf afin que la productivité et la compétitivité de leurs produits pour l’accès aux différents marchés puissent être améliorés.

Le directeur exécutif du Coraf a en outre émis la volonté de l’organisation d’œuvrer pour relever le défi de l’amélioration de la productivité agricole au niveau de ses pays membres. Et d’amener lesdits pays, d’ici à l’horizon 2015, à avoir une croissance agricole qui puisse atteindre un taux de 6 %. Ce qui participerait, pour beaucoup, à la sécurité alimentaire.

Au-delà de cette sécurité, le docteur Paco Sereme soutient qu’il faudra que l’agriculture de ses zones de couverture soit aussi compétitive, en vue de mieux s’insérer dans le marché des pays ouest et centre africains, zone peuplée de plus de 300 millions d’habitants.

Pour rappel, des responsables de systèmes nationaux de recherche agricole de 22 pays membres du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (Coraf) ont échangé mercredi et jeudi derniers à Saly Portudal, lors d’un atelier sous-régional de sensibilisation sur son changement institutionnel. Et c’était autour d’un plan d’actions destiné à appuyer le développement et la compétitivité du secteur agricole mais aussi l’accès au marché au profit des pays membres de cette structure couvrant des pays d’Afrique occidentale et du centre.

Ibrahima DIAW
Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 584 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance