Recherche

Reboisement : plus d’un million de plants seront produits cette année à Diourbel



Mbacké, 2 août (APS) – L’inspecteur régional des Eaux et Forêts de Diourbel, le colonel Ousmane Cissokho, a annoncé, dimanche, à Mbacké, que ses services comptent produire cette année 1.184.000 plants dans la région.

En 2008, seuls 807.172 plants avaient été produits, a rappelé le colonel Cissokho qui a mis à profit la célébration de la journée nationale de l’arbre à Mbacké pour mettre l’accent sur la mise en œuvre du Plan d’action forestier qui a permis de réaliser plusieurs activités en matière de reforestation.

’’Pour les actions de plantation, il s’agira cette année de réaliser 392 ha de plantations massives, 317 Km de plantations linéaires et 410 ha de plantations conservatoires’’, a-t-il annoncé.

En ce qui concerne les forêts régionales, M. Cissokho a indiqué qu’elles commencent à générer des ressources à travers l’exploitation du fourrage.

On y observe aussi une régénération naturelle de la végétation et la réapparition d’espèces animales qui avaient disparu, a-t-il encore noté.

Les forêts régionales sont des plantations massives aménagées avec une clôture d’un seul tenant sur une superficie d’au moins 50 ha et réalisées avec la participation des populations qui en sont les bénéficiaires.

Dans le Baol, ces forêts sont localisées dans des zones qui étaient naguère infestées de termites. Réservées aux pâturages, elles étaient soustraites à l’agriculture du fait du piétinement des animaux pour rallier les forages et les mares.

M. Cissokho n’a pas manqué de mettre en exergue l’importance de l’arbre parrain de la journée, le ’’Kadd’’, à travers toutes ses composantes et ses multiples usages, notamment dans la fertilisation des terres de culture.

L’adjoint au gouverneur chargé du développement, Serigne Babacar Kâne, a beaucoup apprécié les politiques de gestion des ressources naturelles initiées par l’Etat du Sénégal.

’’Aujourd’hui, il s’agit, a-t-il précisé, de mettre en place des forêts de terroirs ou locaux dont la gestion va revenir directement aux populations’’.

M. Kâne a souligné que les collectivités doivent prendre en charge la gestion des ressources naturelles malgré la faiblesse de leurs moyens, ajoutant que l’Etat doit leur venir en appoint.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 727 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance