Recherche

Pour booster les productions vivrières : Le Japon remet 6 000 tonnes d’engrais aux agriculteurs défavorisés





Dans le cadre de son programme d’aide non remboursable aux agriculteurs défavorisés, l’ambassade du Japon au Sénégal a remis hier, 6 000 tonnes d’engrais au ministère de l’Agriculture et de l’Equi­pement rural. Cela, suite à l’accord relatif au don d’engrais pour un montant d’environ 2,3 milliards de francs Cfa que les gouvernements sénégalais et nippon avaient signé en janvier 2013. Face aux difficultés alimentaires liées à la sécheresse de 2011, le Président Macky Sall avait lancé un appel urgent à la solidarité.

En réponse à cet appel, le gouvernement du Japon a immédiatement octroyé au Sénégal une série d’aides alimentaires. Aussi annonce Yuji Kubo, chargé d’affaires de l’ambassade du Japon, le Par­lement nippon «a approuvé, le 26 février, une aide alimentaire d’urgence destinée au Sénégal, compte tenu des impacts du conflit au Mali. Ainsi, un montant total d’environ 4,3 milliards de francs Cfa sera confié au Programme alimentaire mondial (Pam) pour l’exécution de cette aide». Selon le chargé d’affaires, «le Japon a mobilisé, en une année, des dons pour un montant global d’environ 15,3 milliards de francs Cfa, y compris celui de l’engrais».
Thierno Mademba Gaye, directeur de cabinet du ministre de l’Agri­culture et de l’Equipement rural a salué ces efforts consentis par le gouvernement nippon. Son appui dans le secteur agricole «rencontre la volonté du gouvernement sénégalais de lutter contre la pauvreté par le biais de l’augmentation des productions vivrières». Le représentant du ministre Abdoulaye Baldé indique aussi que les soutiens des années passées ont contribué à renforcer les moyens humains, matériels et financiers du Sénégal. Ce qui a d’ailleurs permis de relever considérablement les productions de riz, de maïs et d’autres céréales. Et, dit-il, «l’urée, objet du présent don, va servir à accroître la production du riz de contre-saison de la campagne agricole 2012-2013 dans les régions de Saint-Louis et de Matam, dans la zone de Vallée du Fleuve Sénégal et d’hivernage 2013 dans les régions de Fatick et Kao­lack». Cependant, estime le chargé d’affaires, «ce qui est le plus important, c’est de réaliser la sécurité alimentaire à travers le développement de l’agriculture, sans dépendre de l’aide alimentaire étrangère, à l’avenir». Ainsi, le régime de Macky Sall a entrepris un certain nombre d’initiatives, notamment le Program­me na­tional d’autosuffisance en riz (Pnar). A travers ce programme, le Sénégal vise dans les 5 prochaines années, une production d’environ 1,6 million t de riz paddy, soit 1,08 million t de riz blanc. Mais, pour y arriver, le gouvernement devrait encore redoubler d’effort.

Dialigué FAYE
Le Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 73 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance