Recherche

Pour aider les enfants vivant dans des zones en conflit : Save the Children ouvre l’équivalent de deux écoles par jour



L’éducation peut contribuer à la croissance économique et à la stabilité. Des études ont montré que des niveaux supérieurs d’éducation dans un pays peuvent réduire le risque de conflits. Au sein de la société, chaque année supplémentaire de scolarité réduit de 20 % le risque pour les hommes d’être impliqués dans un conflit. Grâce à l’éducation, les enfants ont l’opportunité de briser le cycle de la guerre et de la pauvreté.

C’est pourquoi des solutions innovantes permettant aux enfants d’aller à l’école ont été développées par Save the Children, même dans les contextes les plus difficiles. Par exemple, en Côte d’Ivoire, beaucoup d’enfants ne peuvent pas parcourir les longues distances pour se rendre à l’école. Et l’Ong donne des appuis aux communautés locales pour mettre en place des centres d’éducation non-formelle pour les enfants dans les villages éloignés, ce qui leur permet d’avoir accès à une éducation. En trouvant des solutions à de tels défis, Save the Children a permis à 17 000 enfants en Côte d’Ivoire d’aller à l’école pour la première fois. Selon Charlotte Petri Gornitzka, secrétaire générale de l’Alliance internationale de Save the Children, ‘il y a trois ans, la communauté internationale se désintéressait des enfants affectés par les conflits. Mais ils ont aussi le droit de recevoir une éducation’. A l’en croire, on leur disait qu’il était trop difficile d’atteindre ces enfants. Mais ‘nous savions par expérience que c’était possible. Car trois ans après le lancement de la campagne Rewrite the Future lancée le 12 septembre 2006, destinée à donner une éducation de qualité aux enfants vivant dans des pays en conflit, nous avons eu un réel impact sur la vie de millions d’enfants’.

Il y a aussi des milliers d’enfants dans le pays qui ne peuvent pas payer leurs fournitures scolaires, sans lesquelles ils ne pourront pas accéder à une éducation de qualité. Save the Children soutient ces enfants en fournissant des kits scolaires avec les matériaux dont ils ont besoin. Et depuis le début du programme, plus de 82 000 enfants en Côte d’Ivoire ont reçu des kits scolaires. ‘Nous avons permis à un million d’enfants d’aller à l’école, mais nous savons aussi qu’il est essentiel pour les enfants d’avoir la possibilité d’apprendre au sein d’une classe. Au cours des trois dernières années, nous avons amélioré la qualité de l’éducation pour plus de dix millions d’enfants vivant dans des pays en conflit’, poursuit Mme Petri Gornitzka. Ce qui signifie, pour elle, un enseignement de meilleure qualité, un endroit plus sûr pour apprendre et des enfants capables d’écrire leur futur.

Save the Children se félicite du changement positif opéré par la communauté internationale qui a fait de l’éducation dans les pays en conflit une priorité croissante. Au cours des trois dernières années, l’aide globale à l’éducation dans les pays en conflit a augmenté de 50 % et l’aide humanitaire pour l’éducation a doublé. Pourtant, il reste encore beaucoup à faire. Sur plus de 75 millions d’enfants déscolarisés, 40 millions vivent toujours dans des pays affectés par des conflits. ‘Nous ne pouvons pas nous arrêter là. Nous devons continuer à nous battre pour ces enfants sans éducation. Quel espoir peuvent-ils avoir pour l’avenir, et l’avenir de leurs sociétés ? Désormais nous savons qu’il est possible d’envoyer ces enfants à l’école. Nous devons travailler encore plus dur ensemble car 2015, date à laquelle l’Objectif du millénaire en matière d’éducation doit être atteint, se rapproche rapidement. Il est temps d’agir maintenant’, conclut Mme Petri Gornitzka.

Momar CISSE
Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1324 fois
Save The Children


Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance