Recherche

PRODUITS HALIEUTIQUES : Qualité et innocuité au menu de cinq pays exportateurs



Dans le cadre du Sfp (Strenghening fichery products), programme destiné à soutenir la production halieutique et l’approvisionnement des marchés de l’Ue (pays ACP), de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas (pays et territoires d’Outre-mer/ Oct), cinq pays africains (Sénégal, Bénin, Mauritanie, Sierra Leone et Gambie) sont en conclave à Dakar du 16 au 21 mars.

La pénétration des marchés internationaux est tributaire du respect de normes de plus en plus strictes en matière de mesures Sps (Sanitaires et phytosanitaires).

Pour les Acp/Otc, la compétitivité accrue due aux exigences des consommateurs, notamment dans l’Union européenne, qui en est le principal débouché, obligent les pays exportateurs à s’aligner sur un ensemble de règles qui peuvent se dresser comme des barrières non tarifaires au commerce globalisé.

Pour mieux s’imprégner de ces critères techniques impliqués, les cinq pays d’Afrique de l’Ouest concernés sont en atelier sur le thème : « Renforcement des capacités permettant d’améliorer les résultats commerciaux dans le secteur de la pêche ».

Présidant l’ouverture au nom du ministre d’Etat, ministre de l’Economie maritime, des Transports maritimes, de la Pêche et de la Pisciculture, le Secrétaire général Saliou Rama Kâ a campé cet enjeu pour le pays hôte où « la filière-pêche occupe le premier poste d’exportation et de rentrée de devises ».

Suffisant pour justifier les efforts consentis par les autorités sénégalaises pour se mettre aux normes afin d’accéder aux conditions d’importation dans l’Ue dès le 30 mai 1990, par la décision N° 96/355/Cee, reconnaissent une équivalence des services d’inspections officiels avec ceux de l’Ue et, qui a été reconduite lors de la mission de l’Office alimentaire et vétérinaire (Oav) et novembre-décembre 1999.

Saluant cette reconnaissance qui a fait du Sénégal le deuxième pays après le Maroc à être autorisé à exporter des produits halieutiques vers les pays de l’Ue, M. Saliou Rama Kâ a estimé le coût des efforts entre 1990 et 1999, pour les infrastructures de transformation à 14,7 milliards de Fcfa, dont une subvention des bailleurs de 3 milliards.

Auparavant, le représentant-résidant de la Fao a souligné que l’atelier s’inscrit dans le cadre du projet régional Stdf 134, financé par l’Omc, à travers son Fonds pour l’application des normes et le développement du commerce (Fandc), avec l’appui de la Fao, pour un montant de 469.000 dollars (239 millions Fcfa).

Il avait été précédé d’une étude-diagnostic sur les capacités et les contraintes dans les cinq pays. Ainsi, le respect des directives du Codex Alimentarius et du cadre réglementaire de l’Omc s’imposant inexorablement pour l’exportation des produits de pêche, notamment en termes de préparation, de traitement, de conservation, de conditionnement, d’étiquetage, d’éco-labellisation, etc., les participants, experts et inspecteurs du contrôle sanitaire auront à plancher pendant 6 jours, sur toute la chaîne de la production à la commercialisation.

Y compris sur les normes de l’Office international des épizooties (Oie) et de la Convention internationale pour la protection des végétaux (Cipv), les mesures Sps et Otc, de conformité des sites de débarquement, d’analyse des risques-maîtrise des points critiques (Haccp), de gestion intégrale de la qualité, de critères de transparence Omc en matière de traçabilité et d’étiquetage.

Toutes ces réglementations seront passées en revue par l’expert Iddya Karunasagar dépêché par la Fao et les résultats des travaux largement partagés par le canal d’Infopêche représenté par son directeur M. Mohamed El Malagui avec l’appui de la Cedeao et à travers les ateliers nationaux et la mise en place d’un système de diffusion des données exhaustives sur les produits de la pêche.

Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2270 fois
Economie maritime-Pêches-aquaculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance