Recherche

PROBLEMES FINANCIER DE LA SIRN La solution à un milliard

Les difficultés budgétaires de la Société des infrastructures de réparation navale (Sirn) de Dakar ne sont plus à démontrer. En effet, « un budget d’environ 1 milliard permettra à la Sirn de sortir la tête de l’eau ». Ces propos ont été annoncés par le directeur de ladite société M. Samba Ndiaye, à l’occasion de la visite du ministre de l’Economie maritime M. Khouraichi Thiam hier, vendredi 8 janvier.



La solution aux problèmes financiers de la Société des infrastructures de réparation navale (Sirn) de Dakar passera forcement par une révision de son budget. « Pour permettre à la Sirn de sortir la tête de l’eau, il faut un budget d’environ 1milliard » a annoncé le directeur général de la societé, M. Samba Ndiaye lors de la visite du ministre de l’Economie Maritime M. Khouraichi Thiam hier, vendredi 8 janvier.

Selon lui, « les difficultés au niveau de la Sirn sont d’ordres budgétaire car la société vie de redevances. Avec les concessionnaires que sont Dakar Nave, le Pole de développement industriel (Pdi) et l’Africaine de chaudronnerie et de tuyauterie (Act), nous avons des conventions qui font que nous recevons toujours les redevances en fin d’exercice (annuels) de sorte qu’au cours de l’année nous avons effectivement des difficultés financières ».

Le directeur de rappeler qu’« en 1999, l’Etat du Sénégal avait mis sur la table 7 milliards pour la remise à niveau des infrastructures de réparation avec un nombre d’employés qui a tourné autour de 200 agents ». De même, sur le plan du budget, M. Samba Ndiaye précise que la société doit « être appuyée. Mais aussi dans le cadre du projet sur la construction navale, il nous faut un soutien financier pour que l’étude de faisabilité sur la production de bateau d’embarcation puisse être enclenchée ».

Revenant sur l’objectif de la Sirn qu’il a baptisé « l’Apix de la construction navale », M. Samba Ndiaye affirme que son « ambition est de faire en sorte que la construction navale, notamment la modernisation des embarcations de pèche, soit une réalité au Sénégal ».

Abondant dans le même sens que le directeur, le ministre de l’Economie maritime qui a organisé la visite pour « rendre visite aux responsables, au personnel et s’enquérir du fonctionnement des services de la Sirn » , confirme que la société fait face à d’énormes difficultés. C’est pourquoi, pour parer ces problèmes, la société doit non seulement revoir son budget mais aussi se faire financer par les organismes concessionnaires des bâtiments et des services de ladite société.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2719 fois
Economie maritime-Pêches-aquaculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance