Recherche

Oumou Khaïry Guèye Seck magnifie les réalisations dans le secteur de l’élevage



Kaolack, 22 fév (APS) – La ministre sénégalaise de l’Elevage s’est félicitée dimanche, au terme d’une visite de travail de deux jours dans les régions de Fatick, Kaffrine et Kaolack, de la naissance constatée de nombreux veaux issus du Programme spécial d’insémination artificielle.

Dr Oumou Khaïry Guèye Seck a souligné ainsi les résultats de ce programme initié par le chef de l’ Etat, Abdoulaye Wade, dans le cadre de la GOANA et qui a permis, dit-elle, d’inséminer 30.000 vaches à travers le pays.

Elle s’est réjouie de ces ’’belles réalisations’’, avant de se féliciter des efforts du gouvernement en direction de la filière équine en vue de ’’redonner au cheval ses lettres de noblesse’’.

Près de 4 milliards de FCFA, révèle-t-elle, sont ainsi investis dans la filière, pour ’’le magnifique haras de Kébémer’’ pour plus de 2 milliards et demi.

S’y ajoutent la redynamisation et la réfection pour près de 300 millions de l’ancien haras de Dahra et la réfection également de celui de Thiès pour 100 millions.

Il en est aussi de la construction à Kaolack, pour 500 millions, d’un laboratoire d’insémination artificielle avec un mannequin de monte pour des étalons de ’’très haute valeur génétique’’.

La ministre a expliqué que cela devra permettre, souligne-t-elle, d’améliorer le sang des chevaux de trait (des poneys) et de course (de pur sang anglais) pour, à la fois, servir à la relance de l’agriculture dans le bassin arachidier et des courses hippiques avec la finalisation attendue du projet d’hippodrome de Kaolack.

Oumou Khaïry Guèye Seck a par ailleurs remis aux éleveurs un premier lot de 200 motofaucheuses qui feront l’objet de contrats de gestion en vue d’autres lots.

Elle a aussi annoncé l’opérationnalité du Fonds d’appui à la stabulation de 2 milliards et demi pour faciliter l’accès au crédit des éleveurs à un taux d’intérêt de seulement 3% pour les intrants et 5% pour leurs fonds de roulement.

Comme réponses aux besoins des pasteurs, le chef de l’Etat leur a alloué 150 tonnes d’aliments de bétail subventionnés, selon la ministre.

Elle les a d’ailleurs encouragés à se regrouper et à s’organiser pour pouvoir acquérir l’aliment au prix usine de 4.400 F le sac au lieu de 8.000 fF et dont un système revolving permettra, estime-elle, de pouvoir obtenir d’autres quotas.

La ministre de l’Elevage qui était venue constater, dit-elle, les résultats de la GOANA 1, le démarrage des activités de la GOANA 2 et d’évaluer l’état d’avancement du Programme élargi de vaccination, a qualifié son déplacement ’’d’extrêmement riche en évènement’’.

Elle a en effet pu visiter dans plusieurs localités des trois régions, à Thiakho-Thioffior, Koutal et Kaolack-Commune, des centres d’insémination artificielle, des fermes laitières et avicoles. Puis elle a rencontré également les éleveurs, remis de l’aliments de bétail subventionné et du matériel de fauchage.

La ministre a aussi inauguré, dans l’enceinte du service régional de l’Elevage, un haras national et une mini laiterie d’une coopérative laitière. Outre les motofaucheuses, elle a remis du matériel de sellerie et un véhicule 4x4 neuf au chef du haras.

Elle a saisi l’occasion pour appeler les éleveurs à se mobiliser autour du Programme d’insémination artificiel de la GOANA 2 en vue de son succès. Déjà, 35.000 vaches sont sélectionnées sur un objectif de 50.000. Cette année, 15.000 vaux sont nés de la GOANA 1, dit-elle.

Oumou Khaïry Guèye Seck a révélé que 130 inséminateurs sont déjà formés sur un objectif à terme d’un millier. Elle a estimé que le démarrage du centre national d’insémination artificiel de Dakar permettra d’avoir des disponibilités en semences et de réduire les coûts de l’insémination.

Elle aussi appelé au respect du Programme élargi de vaccination du bétail lancé au mois de novembre dernier et qui vise 13 maladies et pour lequel, 300.000 doses gratuites pour la plupart, sont déjà disponibles à Kaolack.

L’objectif, dit-elle, est de passer progressivement à 40, 65, 8O pour cent les trois premières années, puis, en années de consolidation du projet, à 85%, le taux requis par l’Organisation mondiale de la santé animale.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1662 fois
Elevage


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance