Recherche

Ndiaganiao: le taux d'accès à l'eau potable est "très satisfaisant", selon le PCR



Ndiaganiao (Mbour), 6 nov (APS) – La communauté rurale de Ndiaganiao, située dans le département de Mbour (Ouest), a maintenant atteint un taux d’accès à l'eau potable "très satisfaisant", après plusieurs années d'inaccessibilité du liquide précieux dans certains villages, a dit mercredi son président Amadou Niadiar Sène.

"Sur les 50.000 habitants de la communauté rurale de Ndiaganiao, les 38.000 ont maintenant accès à une eau potable. Et nous avons profité du Projet d’adduction d’eau potable Notto-Ndiosmone-Palmarin, pour alimenter les villages qui n'avaient pas encore accès à l'eau potable", a affirmé M. Sène, ancien député.

Des 38 villages de la communauté rurale, seul Sessène Ndiarao n’est pas encore connecté au réseau hydraulique, a-t-il signalé, ajoutant que ce village sera raccordé "dans les jours à venir".

"Une chose est de connecter l’ensemble des villages de la communauté rurale, mais il faut encore veiller sur la qualité de l’eau", a-t-il ajouté au second jour des assises sur le service public d’eau potable et d’assainissement organisées par le Conseil rural de Ndiaganioa.

La réunion avait pour thème : "Quelles stratégies pour une amélioration durable du service public d’eau potable et d’assainissement dans la communauté rurale de Ndiaganiao ?" Des délégués d'associations d'usagers de forages venus des régions de Ziguinchor (Sud), de Diourbel (Centre) et de Thiès (Ouest) ont participé à cette réunion.

"La communauté rurale a certes atteint un taux d'accès satisfaisant, mais il reste des problèmes d’organisation et de gestion à résoudre. Ces problèmes font que la qualité du service n’est pas tout à fait appréciée par les populations locales", a expliqué M. Sène.

"Ces assises sont organisées pour discuter des problèmes rencontrés dans le service public d’eau potable, notamment sur les plans institutionnel, organisationnel et technique, de manière à identifier des solutions durables", a indiqué Joseph Alphonse Ndiaye, directeur de l’ONG "Eau vive" au Sénégal.

"Avec notre partenaire privilégié, la ville française de Saint-Saint-Herblain, avec qui nous sommes jumelés depuis une trentaine d’années, nous avons commandité une étude-diagnostic des problèmes d’eau dans la communauté rurale de Ndiaganiao", a dit Amadou Niadiar Sène.

Cette étude a fait des "recommandations" pour la mise en oeuvre desquelles ont été organisées les assises, selon M. Sène.

La coopération de Ndiaganiao avec la ville de Saint-Herblain a permis à la communauté rurale de se doter de deux châteaux d’eau, d’équipements motorisés, de bornes fontaines, et d'étendre son réseau hydraulique sur 40 kilomètres, a-t-il indiqué. Il a loué la contribution de l'ONG "Eau vive" à la réalisation de ces infrastructures.

Cette ONG a déjà dépensé 190 millions de francs CFA, dans le cadre d'un programme d'adduction d'eau qui va démarrer d’ici à mars 2014, selon l'un de ses agents. Un plan d’action de développement du réseau hydraulique de Ndiaganiao a été élaboré, lors des assises.

ADE/ESF

http://www.amazon.fr/chaussures-sacs/
http://www.amazon.fr/vetements-accessoires-mode/

http://www.netstoremag.com

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 200 fois
Association Nationale des Conseils Ruraux du Sénégal


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance