Recherche

NIORO - POUR BOOSTER LE PROGRAMME LOCAL D’AUTOSUFFISANCE EN RIZ LES POPULATIONS RECLAMENT LA REALISATION DU BARRAGE POST-FRONTALIER



NIORO - POUR BOOSTER LE PROGRAMME LOCAL D’AUTOSUFFISANCE EN RIZ LES POPULATIONS RECLAMENT LA REALISATION DU BARRAGE POST-FRONTALIER
En collaboration avec « Symbiose Sénégal », leur partenaire privilégié d’appui et d’accompagnement pour un développement durable au sein de leurs différentes collectivités, les populations du département de Nioro qui procédaient, mercredi dernier, au lancement de leur nouveau projet intitulé « Promotion des initiatives de développement durable », ont aussi saisi l’occasion pour inciter l’Etat à la réalisation du barrage post-frontalier en amont du Baobolong passant par le village de Firgui.

L’objectif visé est, selon celles-ci, de freiner la salinisation du lit et booster la production agricole à cette hauteur de la frontière entre le Sénégal et la Gambie.

En effet, compte tenu du fait que l’arachide et les autres céréales traditionnelles, à l’image du mil et du maïs, n’ont jamais été en mesure d’assurer l’autosuffisance alimentaire au plan local, les populations du département de Nioro par la voix du coordonnateur de « Symbiose » Malick Bâ, prêchent aujourd’hui le développement de la riziculture pour lever l’équivoque sur un vieux défi né dans l’agriculture locale et promouvoir enfin l’autosuffisance de leur département en riz.

Ainsi de l’avis de leur partenaire technique, la réalisation de cette infrastructure hydraulique, offrira la chance aux populations de pouvoir exploiter les 70.000 ha de terrain affectés par le sel et plusieurs dizaines de milliers d’emplois chez les jeunes et les femmes. Malgré les multiples efforts débutés en 2004 dans le domaine de la riziculture et qui ont d’ailleurs abouti cette année à la collecte d’une production de 1050 tonnes de riz paddy par 5% de la population active, les agriculteurs de Nioro plaident ainsi en faveur de la désalinisation du Baobolong pour collecter en moyenne quatre (4) fois par an une production équivalente à 280.000 tonnes de riz de plateau ou des terres marécageuses.

Leur requête obéit cependant à la volonté de perpétuer le projet de « Promotion d’initiatives de développement durable ». D’un coût d’investissement de près de 321 millions de francs, le projet vise à assurer une souveraineté alimentaire aux populations rurales des régions de Kaolack, Thiès, Fatick, Kaffrine, et Tambacounda. Au total, 10.000 exploitations familiales sont visées par le projet. Dans ce lot figurent 4800 producteurs de riz paddy et 2700 maraichers en résidence dans ces mêmes localités.

Abdoulaye FALL
Sud quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 742 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance