Recherche

NIORO / LUTTE CONTRE LA MENDICITE ET L’ERRANCE DES ENFANTS DANS LA RUE Le PARRER lance les activités inter régionales

En collaboration avec l’organisation d’appui au développement « Symbiose Sénégal », l'association Partenariat pour le retrait et la réinsertion des enfants de la rue (PARRER) a lancé hier vendredi 7 janvier 2011 à Nioro, son programme annuel et inter régional de lutte contre la mendicité des enfants dans les régions de Kaolack et Kaffrine.



D’un coût global de 61 millions de francs Cfa pour une durée de 24 mois, ce projet vise certaines régions du pays couvrant les points de départ les plus animés et les plus actifs du pays, à l’image de Nioro où des milliers d’enfants prennent départ tous les ans pour rallier les différentes capitales régionales sénégalaises avec des maîtres coraniques peu soucieux de leur éducation, et très mobiles dans leurs déplacements inter urbains.

Située en bordure de la frontière qui sépare la Gambie du Sénégal, la ville de Nioro de par son passé historique marqué par une implantation profonde de la région musulmane, a toujours constitué un réceptacle pour la sous région et servi de grenier aux maîtres coraniques itinérants en quête d’effectifs. Avec la loi gambienne interdisant la mendicité des enfants sur toute l’étendue du territoire anglophone, cette situation s’est accrue ces dernières années. La plupart des maîtres coraniques chassés de Gambie se sont installés aujourd’hui à Keur Ayip ou à Médina Sabakh où ils poursuivent encore leurs activités sur le dos des enfants.

Ainsi cette rencontre à laquelle participaient, la directrice exécutive du Parrer, Mme Mame Diarra Gaye, le coordonnateur national de « Symbiose Sénégal », Cheikh Bar, les autorités administratives, les maîtres coraniques, les chefs de villages, la société civile, les organisations partenaires au développement et autres élus locaux, s’inscrit dans une logique parfaite d’éradiquer, ou à défaut, réduire au plus faible degré ce fléau qu'est la mendicité des enfants dans la rue. Même s’il est encore évident que 40 % des enfants en situation de mendicité au Sénégal viennent de la sous région et que 80 % de cette même tranche d’âge sont issues des « daaras », selons certaines études, l’ampleur de la mendicité des enfants au Sénégal est surtout favorisée par la complicité entre les parents et les maîtres coraniques.

C'est pourquoi, le partenariat pour le retrait et la réinsertion des enfants de la rue veut surtout développer dans les communautés rurales de Kaymor, Médina Sabakh, Ngayène Sabakh, Diamagadio, Mabo et Paoskoto, un projet participatif, capable de renverser cette tendance à partir de la source même. Ce projet consiste en effet à « décourager les parents de confier leurs enfants aux maîtres coraniques itinérants dans une cinquantaine de villages et des régions de Kaolack et Kaffrine ».

Sur le terrain, outre l’implantation de sous projets pour mieux assurer la prévention, autrement dit poser les conditions de la rehausse du niveau de vie des parents, des commissions mixtes seront installées à tous les niveaux, (régional, départemental communautaire) afin de poursuivre convenablement la sensibilisation, la communication, et l’éducation en direction des cadres de concertation villageoise tels que les « Penc » et les « Keppaar ».

Abdoulaye FALL
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1878 fois
Parrer


Commentaires articles

1.Posté par Association "yeené" le 15/05/2011 22:17
L’association « Yeene » vous invite à participer à une grande soirée de bienfaisance dont l’objectif principal est d’aider (dons matériels et collecte de fonds) une catégorie d’enfants Sénégalais, communément appelés « talibés ».

Cette soirée, première du genre, est organisée le 4 juin 2011 à 18h à la salle le « Tapis rouge » au 9 rue de la liberté à Colombes.


Qui sont les talibés ?

Ce sont des jeunes enfants âgés de 4 à 12 ans envoyés dans des internats par leurs parents afin de suivre une éducation coranique, accompagnée d’une initiation communautaire.

Très souvent, par manque de moyens financiers des parents, qui ne peuvent plus subvenir aux frais de prise en charge, les talibés deviennent de facto, des enfants de la rue ayant pour principale activité la mendicité afin d’assurer leur subsistance.

Cette situation précaire les mets au devant de graves dangers : outre l’insalubrité des logements de fortune qui favorise le développement de maladies, la presse Sénégalaise se fait régulièrement l’écho de cas de maltraitance physiques, voire d’agressions sexuelles …



Plus grave encore, les ONG présentes sur place, ainsi que des associations de la société civile, ont récemment interpellé le gouvernement Sénégalais quand à l’existence de véritables filières de trafics d’enfants, certains maîtres coraniques sans scrupules exigeant une somme quotidienne de leurs talibés sous peine de châtiments corporels…

La soirée de Gala

Face à un tel constat, que l’association YEENE a décidé d’organiser cette soirée de gala afin de venir en aide à ces familles et enfants de la rue en essayant de leur assurer, des conditions de vie décentes (bonne alimentation, fourniture de matelas, habits, médicaments) en espérant qu’ils vivent un jour l’enfance que chaque enfant rêve de vivre.

Cette manifestation sera l’occasion de sensibiliser les invités à cette cause noble par une intervention d’un acteur de ce combat sur les conditions de vie de ces talibés et par la diffusion d’un reportage sur les talibés et sur les actions déjà menés au Sénégal par l'association "YEENE

Une pièce théâtrale représentée par les enfants des membres de l’association aura lieu sur le thème de l’intégration et le respect des valeurs républicaines afin de montrer la compatibilité de préservation des cultures d’origines et du respect des lois et valeurs républicaines pour les enfants issus de l'immigration.

L’intervention d’un conteur traditionnel africain est également prévue pour nous relater une histoire de la tradition africaine dans toute sa dimension pédagogique sous les mélodies d’un joueur de kora et une vente aux enchères de tableaux d'art africain.

Un dîner sera servi et l’entrée sera fixée à 40€.

Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance