Recherche

Maîtrise de la fiscalité rurale : Notto Diobass pour une prise en charge concertée



La maîtrise de la fiscalité locale est de toute évidence un casse-tête pour les collectivités locales, en particulier les communautés rurales. En dehors de la taxe rurale dont le recouvrement est source de difficulté, les communautés rurales du Sénégal sont en butte au refus manifeste des transporteurs et autres camionneurs de payer les taxes relatives aux droits de stationnement et de passage.

(Correspondance) - Les collectivités locales peinent à recouvrer la taxe locale. Cette difficulté a été fortement décriée hier par le président de la communauté rurale de Notto Diobass, Alioune Sarr. Ce dernier réagissait en marge de la rencontre que le conseil rural de Notto a eue avec les chauffeurs de la localité en présence du sous-préfet et de la gendarmerie. En effet fera-t-il savoir, la communauté rurale a délibéré récemment sur un ensemble de mesures dans le sens de la prise en charge de la fiscalité locale. Laquelle fiscalité concerne plusieurs secteurs comme le transport avec les véhicules de transports de passagers, les camions travaillant dans les carrières mais également d’autres aspects comme la taxe rurale, les frais au niveau des marchés sans compter la taxe sur l’énergie. Pour ce dernier point, Alioune Sarr trouve qu’il est anormal que la taxe prélevée sur les factures d’électricité des abonnés de la communauté rurale soit reversée à la commune de Thiès. Aussi dit-il toute la volonté de sa collectivité de se battre pour que les 2,5 % qui sont appliqués sur les factures d’énergie puissent revenir à la communauté rurale. Car ne voyant pas au nom de quoi quelqu’un qui habite la communauté rurale paierait de l’argent pour la commune de Thiès. En somme le président de la communauté rurale de Notto Diobass d’estimer qu’il s’agit là d’un ensemble de difficultés qui expliquent l’urgence d’une réforme de la fiscalité rurale. Aussi fera-t-il savoir qu’en ce qui concerne sa collectivité, l’ensemble de mesures prises dans le cadre de la prise en charge de cette fiscalité devraient prendre effet, de façon concertée, dès le mois de Novembre prochain.

S’agissant de la rencontre avec le syndicat des chauffeurs, elle se voulait en réaction au mouvement d’humeur des populations qui avaient choisi de barrer de la route pour manifester contre la hausse excessive des prix du transport. Il s’était en effet agi de discuter avec les populations et le syndicat des chauffeurs afin de permettre à l’autorité administrative d’homologuer des tarifs sur l’ensemble des axes routiers de la communauté rurale. Laquelle homologation devrait faire l’objet d’un arrêté préfectoral. Mais aussi annoncer clairement que le conseil rural entend appliquer la loi sur la fiscalité locale pour que les investissements dont ils ont besoin au niveau du transport puissent être réalisés.

La question de la sécurité sur les deux routes traversant la communauté rurale a aussi retenu l’attention des autorités locales qui n’ont pas manqué de lancer un appel au pouvoir étatique. En construisant ces deux axes routiers, l’Etat à omis la mise en place de ralentisseurs communément appelés dos d’ânes. Aussi avec les multiples accidents qui se produisent sur les routes, les populations se sont vues dans l’obligation d’en construire elles-mêmes. Et l’inconvénient aura été que ces ralentisseurs de fortunes ne respectent pas les normes requises et deviennent à leur tour des dangers permanents pour les transporteurs et les voyageurs. Un autre point sur lequel le conseil a beaucoup insisté a été la question de la surcharge sur les voitures de transports. Une question qui concerne, disent-ils, plus particulièrement les taxis clando et qui mérite une prise en charge énergique afin que la communauté rurale ne soit pas une zone hors-la-loi où chacun se sent libre de faire ce qu’il veut et comme il l’entend.

Sidy DIENG
Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2517 fois
Association Nationale des Conseils Ruraux du Sénégal


Commentaires articles

1.Posté par Ismaila Dione le 09/12/2009 17:15
Here is the president we were waiting for.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance