Recherche

Macky SALL à la réunion des fondations OPEN SOCIETY : « Il faut accorder une attention aux pays africains qui changent dans le bon sens »



L’Afrique a ses atouts et ses faiblesses et le président de la République, Macky Sall, a souligné ces différentes caractéristiques lors de la réunion du conseil d’administration des fondations Open society (Osf), du 15 au 17 avril 2013. Il a également demandé aux donateurs d’accompagner cette Afrique qui marche.
Le chef de l’Etat, Macky Sall, reste optimiste pour l’Afrique en dépit des « clichés simplistes » qu’on véhicule sans cesse. En ouvrant, hier, la réunion du conseil d’administration des fondations Open society (Osf) du milliardaire américain George Soros, Macky Sall a appelé ces donateurs à accorder « plus d’intérêt et plus d’attention à la grande majorité des pays africains qui changent dans le bon sens ». Selon lui, il y a une Afrique qui croit en elle-même et à sa jeunesse. Mieux, une Afrique qui veut faire avancer la démocratie et la bonne gouvernance. « Ma conviction est que l’Afrique peut vivre de ses propres ressources naturelles, lorsqu’elles sont rémunérées à leur juste valeur et gérées pour le bien-être commun. C’est la meilleure manière de faire reculer les frontières de la pauvreté et de nous passer progressivement de l’aide, afin de créer les conditions idoines de l’émergence », a souligné Macky Sall. Le président de la République a plaidé ainsi pour « une juste rémunération » des matières premières et une transparence dans les contrats d’exploitation.
Saisissant cette réunion des fondations Open society, le chef de l’Etat, en sa qualité de président du Comité d’orientation du Nepad, a insisté sur l’importance de soutenir l’agriculture africaine, secteur qu’il considère « le plus essentiel pour assurer la croissance économique » dans nos pays.
Toutefois, Il a mis en exergue les problèmes dont souffre ce secteur, à savoir le manque d’intrants de qualité, l’absence de modernisation et de circuits de commercialisation. « Il est essentiel que ce secteur soit soutenu. C’est aussi le secteur le plus important en termes de grappes et de création d’emplois », a insisté le président de la République, souhaitant que les instituts de recherche soient accompagnés pour une meilleure productivité agricole. A ce titre, il a donné l’exemple des Millenium village ou encore des fermes agricoles qui permettent à des centaines de jeunes d’exploiter de grandes surfaces et d’avoir des revenus. George Soros,en réitérant les propos de Macky Sall, a souligné l’importance des Millenium village qui ont connu un grand succès dans bien des pays comme le Ghana.
Outre l’agriculture, Macky Sall est revenu sur l’absence d’infrastructures de qualité, un handicap pour les pays africains. Quant à l’énergie, elle reste encore « chère » à cause de l’étroitesse du marché et du système de production. Le chef de l’Etat a souligné l’importance, pour les pays africains, d’accorder un intérêt particulier à la paix et à la sécurité. Car, selon lui, « l’exemple du Mali a montré la fragilité de nos Etats, l’incapacité même à défendre la fonction première d’un Etat, la défense du territoire ». Pour le président de la République, ces différents secteurs ne peuvent être développés durablement si la bonne gouvernance politique et économique n’est pas très ancrée dans nos pratiques quotidiennes.

Contribution de Osiwa à la présidentielle 2012
C’est pour cela qu’il a magnifié le choix des thèmes qui seront abordés au cours de la réunion des fondations Open society (Osf) axés sur la citoyenneté, les droits de la santé, la justice économique, la bonne gouvernance, la sécurité alimentaire, la participation au processus électoral. Des thèmes qui, selon Macky Sall, doivent interpeller les pouvoirs publics, les leaders d’opinion, la société civile et les simples citoyens. Au Sénégal, le président de la République a salué « la précieuse contribution » de Open society Initiative for West Africa (Osiwa) au processus de l’élection présidentielle de février-mars 2012. Ceci, à travers une plateforme de veille qui a permis la surveillance du scrutin sur l’ensemble du territoire national. Le chef de l’Etat a profité de cette rencontre pour rendre hommage à George Soros pour son « engagement philanthropique » dans un monde où l’individualisme et le repli sur soi accentuent les inégalités. « Vous consacrez vos ressources et votre temps pour soutenir des causes aussi diverses que la paix et la sécurité, la bonne gouvernance politique et économique, l’éducation, les droits humains et la sécurité alimentaire entre autres », a-t-il dit au milliardaire américain.

Macky Sall promet d’être le premier à s’appliquer la limitation du mandat à 5 ans
Le chef de l’Etat, Macky Sall, ne fera pas marche arrière. Son mandat sera arrêté en 2017, soit cinq ans, à la tête de l’Exécutif sénégalais. C’est un engagement qu’il compte respecter à la lettre. Hier, à l’occasion de la réunion du Conseil d’administration des fondations Open society (Osf), il s’est voulu le plus clair possible. « J’ai choisi d’arrêter mon mandat à 5 ans. D’abord, pour ne pas susciter de débat, ensuite pour donner l’exemple que si je suis capable de renoncer à deux années de pouvoir, c’est parce que je crois à ce que je dis », a-t-il précisé, appelant tous les Sénégalais à travailler dans la direction de la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit. Pour joindre l’acte à la parole, le chef de l’Etat a informé qu’une commission a déjà été créée pour réfléchir, avec les partis politiques, sur les réformes à apporter à la Constitution, en tenant compte de la limitation du mandat présidentiel à cinq ans, renouvelable une seule fois. Cette commission est présidée par le professeur Amadou Mahtar Mbow.

La déclaration de patrimoire sera élargie aux ministres, députés et hauts fonctionnaires
Jusque là une exigence pour le président de la République, la déclaration de patrimoine sera élargie aux ministres, aux hauts fonctionnaires et peut-être même aux députés, selon Macky Sall. Cela facilitera la consolidation démocratique au Sénégal. Cette nouvelle disposition, cumulée avec l’Ofnac, permettra au Sénégal de respecter la loi sur la transparence budgétaire de l’Uemoa adoptée par notre pays.

Maguette NDONG
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 239 fois
Bonne gouvernance


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 11
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance