Recherche

MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES L’enjeu national

Malgré un objectif initial jugé « atteint », le niveau des dossiers d’entreprises déjà approuvés dans la phase pilote du programme de mise à niveau démarré en 2005 au Sénégal, ne reflète pas leur niveau de représentativité dans la structuration du tissu d’entreprises. La phase 2 en cours objecte de combler les insuffisances.



La revue du portefeuille du Programme de mise à niveau (Pmn) a révélé que sur près de 270 entreprises éligibles au programme, seulement 69 dossiers ont été approuvés par le Comité de pilotage (COPIL) du Pmn depuis le démarrage des activités en 2004. Ce seraient ainsi des investissements de l’ordre de 50 milliards de FCfa qui seraient prévus tandis qu’en termes de primes, 7,9 milliards seraient octroyés dont 3,32 milliards de FCfa décaissés au profit des entreprises bénéficiaires. Pour comparaison, les résultats au 15 Mars 2009 portaient sur 45 dossiers d’entreprises approuvés par le Comité de Pilotage pour un investissement global de 39,5 milliards de FCfa prévus et 5,8 milliards de primes octroyées dont 1,1 milliards décaissés. Une belle progression.


Mais cette progression ne représente guère que 65% des PME qui composent à plus de 90% le tissu d’entreprises sénégalaises. Un constat qui a suscité une réflexion sur les causes des difficultés rencontrées par certaines entreprises notamment les PME à répondre aux exigences de la mise à niveau dont l’Afd (Agence française de développement) est le principal bailleur de fonds et dont la deuxième phase du programme est en cours.
La réflexion en question a eu lieu ce mercredi 2 mars dans le cadre d’une rencontre organisée par le Bureau de mise à niveau (Bmn), en collaboration avec la Direction des PME et avec les dirigeants des PME engagés dans le processus.


Le moment est d’autant plus propice que les partenaires techniques et financiers viennent de consentir, du moins d’annoncer des intentions de financement pour un montant de 79 milliards de FCfa, pour soutenir l’Etat du Sénégal dans sa politique de promotion du secteur des Pme. Le challenge n’en est que plus apparent dans la mesure où cela soulève la nécessité d’une mise en cohérence de cette politique de promotion de développement des Pme et les instruments qui sont mis en place comme le Bureau de mise à niveau, « pour permettre à ces Pme d’être plus compétitives sur leurs marchés propres et sur les marchés internationaux », ainsi que l’a rappelé Ibrahima Diouf, Directeur des Pme, à l’occasion de la rencontre de mercredi.

La perspective est d’autant plus cruciale que des préalables ont été mis en place au niveau du cadre institutionnel, avec des réformes institutionnelles, organisationnelles et techniques qui sont engagées pour renforcer l’efficacité du dispositif initialement mis en place dans le cadre de la phase pilote. La démarche est engagée pour doter le BMN d’un mécanisme pérenne de financement mobilisant les ressources nationales au-delà des appuis attendus des bailleurs de fonds (projet de décret du Fonds de Mise à Niveau en cours). Seulement, il faut bien rappeler que le secteur privé a récemment déploré le fait que l’Etat ne consacre que 200 millions de francs Cfa par an. Il y a encore beaucoup d’effort à faire de ce côté car c’est l’Afd qui continue de supporter le programme. Pour la phase (2009-2013) de pérennisation qui s’est élargi aux entreprises engagées dans un processus dynamique de mise à niveau environnementale et surtout d’efficacité énergétique, elle a accordé un nouveau financement de 10,5 millions d’euros soit 6,8 milliards de francs Cfa (une subvention de 5,5 millions d’euros (3,6 milliards de francs Cfa) sur fonds propres et une subvention de 5 millions d’euros (3,2 milliards de francs Cfa) sur fonds délégués par l’Union européenne, en plus d’une ligne de crédit de 8 millions d’euros (5,2 milliards de francs Cfa). C’est un nouveau défi dans le processus de pérennisation de l’expérience sénégalaise de la mise à niveau et qui pourrait éventuellement permettre l’extension du champ d’intervention à la restructuration.

Il s’agit dès lors de pérenniser les acquis de la première phase mais pour ce faire, une meilleure prise en compte des spécificités de la PME dans le processus de mise à niveau est nécessaire, ainsi que la réactivation de certains dossiers de PME et l’élaboration d’une nouvelle offre d’appui plus adapté à leurs réalités tout en finalisant un plus grand nombre de dossiers.

Définie comme une des principales composantes de la Politique de Redéploiement Industriel (PRI), la Mise à Niveau offre aux entreprises qui s’y engagent un cadre propice d’amélioration des facteurs clés de compétitivité. Ce dans une perspective 2020 où toutes les économies devront converger vers une libéralisation totale des marchés. D’où l’enjeu crucial du Pmn pour le Sénégal.


Mêmes causes, mêmes effets

Au Sénégal, les politiques d’ouverture commerciale, de libéralisation et de privatisations menées au cours de ces dernières années visaient la stimulation du développement industriel du pays. Mais cette ambition s’est heurtée aux coûts élevés des facteurs de production, à la faiblesse des investissements et à l’étroitesse du marché local. Le textile par exemple peine à faire face à la concurrence asiatique. L’agroalimentaire demeure encore largement dépendant d’une production arachidière volatile. Les PME qui constituent 83 à 90% du tissu industriel ont un niveau d’équipements plus faibles, mais une Valeur Ajoutée plus élevée que les grandes entreprises. Cette situation atteste de la flexibilité et de la productivité des PME sénégalaises. Il en ressort qu’en cas d’injection de nouveaux investissements en équipements, ces dernières pourraient être plus réceptives et réactives du fait de leur plus grande capacité d’adaptation. Le Programme de mise à niveau (PMAN) du Sénégal lancé il y a environ cinq ans, répond à l’exigence d’améliorer de manière durable la compétitivité des entreprises dans le contexte de mondialisation économique et de libéralisation des échanges.

Après un audit-évaluation de la phase pilote, un certain nombre de nouvelles orientations sont nées sur la base des difficultés d’accès des Pme identifiées.

Aussi, la cible d’entreprises éligibles a-t-elle été élargie en supprimant le critère d’exclusion des entreprises ayant plus de 15 milliards de FCFA de chiffre d’affaires ; par ailleurs, la priorité est accordée aux entreprises relevant des secteurs ciblés par la Stratégie de Croissance Accélérée à travers une synergie d’actions à définir ; l’allègement des procédures de suivi est préconisé avec le paiement des primes en 3 tranches maxima (au prorata des réalisations) et l’organisation d’un appel d’offres annuel pour sélectionner 3 cabinets qui vont mener l’ensemble des missions de validation des investissements sur site ; le renforcement du rôle du BMN (conseiller et faciliter à l’entreprise son engagement dans un processus de mise à niveau) est attendu à travers un allègement des procédures (suppression de la mission de pré-diagnostic « obligatoire », réduction des délais de contractualisation, maîtrise des délais d’évaluation des rapports déposés, conception de fiches standards d’actions immatérielles, …), etc…

Environnement communautaire

Sur un plan régional, la perspective des APE (accords de partenariat économique) entre l’UEMOA et l’UE pose un double défi pour les économies de l’Union. L’ensemble du tissu économique et particulièrement industriel va devoir rapidement faire face à ce nouvel environnement. Les enjeux de cet accord sur le secteur productif sont considérables, car ils visent à conduire à terme à la mise en place d’une zone de libre échange entre l’UEMOA et l’Union Européenne et à l’organisation d’une compétition équitable entre les deux Zones.

En matière de situations financières des entreprises privées, la Phase pilote du PRMN (limitée initialement au traitement des entreprises du secteur agro-industriel) a permis d’étudier des diagnostics d’un petit panel (116 entreprises) distribuées sur plusieurs Etats de l’UEMOA et de détecter au plus près certaines tendances factuelles de faiblesse, des difficultés conjoncturelles ou des fragilités financières de certaines. La mise en place des actions de mise à niveau à niveau ne fut possible qu’après un premier traitement personnalisé de ces difficultés financières : fermeture d’un département non-rentable, arrêt de fabrication d’un produit, restructuration financière, achat d’un équipement prioritaire, etc.

Plus spécifiquement le tissu industriel dans les pays de la sous région fait face à un nombre de défis : Une sous utilisation des capacités de production et une faible qualité des produits ; Une faible intégration des industries dans la chaine de valeur commerciale et commerciale régionale ou internationale ; Un nombre insuffisant d’entreprises formelles est crée chaque année ; Un nombre important d’entreprises sont en situation difficile ; Les difficultés d’accès au financement, entre autres.
C’est à ce niveau de constat que le PRMN apparaît comme une initiative importante qui vise à contribuer à l’amélioration des performances des industries et l’environnement des affaires des pays de l’UEMOA.

Malick NDAW
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1400 fois
Economie-Finances


Commentaires articles

1.Posté par samb daouda le 31/12/2012 18:47
Bonsoir mesieurs je suis proprietaire d'une entreprise basee a rufisque a quelques 26 kilomettres de dakar et je voudrais faire partie des entreprises qui beneficient de votre soutien pour mieux faire face aux defis et difficultes.
Merci de me montrer le chemin a prende

2.Posté par Business Finance le 03/02/2013 14:18
Bonjour Nous vendons des actions pour la création d’une Usine de fabrique de tuyaux en béton armé et non armé ; UFATBE. aux collectivités locales et aux personnes physiques à 12 500 FCFA (10 000 + 2500)
Cette usine de tuyaux en béton permet à toute la banlieue, à Touba et aux capitales régionales de sortir des inondations définitivement et pouvoir faciliter la mise en place de systèmes durables d’assainissements.
Pour acheter les actions vous devez contacter notre société Business Finance 77 632 88 86 qui vous fera parvenir un agent pour la signature d’un document en trois exemplaires.
2 exemplaires pour Business Finance.
1 exemplaire pour vous.
Vous devez vous acquitter des frais de montage du dossier qui s’élèvent à 2500 FCFA TTC (Deux Mille Cinq Cent) par action de 10 000 FCFA (Dix Mille) que vous remettez à notre agent.
C’est avec ce document que vous devez vous inscrire personnellement chez le notaire.
Maître Patricia Lake DIOP ; 5, rue Victor Hugo X Avenue Léopold Sédar Senghor BP 21017 Dakar Ponty ; Tel : +221 33 889 49 59
Nous avons mis un film dans notre page Facebook Business Finance Suarl pour vous permettre de comprendre la production des tuyaux. Regardez le c'est intéressant et important.
Nous vous remercions

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance