Recherche

Louga : 24 personnes formées pour barrer la route à la pauvreté en milieu rural



Louga, 4 fév (APS) – L’ONG internationale ’’The hunger project’’ (THP) a organisé, à l’intention de 24 personnes choisies dans les 8 villages qui polarisent ses activités (épicentres), des sessions de formation en leadership féminin, en droit des femmes et en santé de la reproduction, pour mieux contribuer à la lutte contre la pauvreté en milieu rural, a constaté le correspondant de l’APS.

Entamée mercredi, la session de formation en droits des femmes qui a suivi la formation en leadership féminin se poursuivra jusqu’à samedi sous la conduite du juriste et formateur Kabir Ndiaye du Réseau africain pour le développement intégré (RADI).

Une fois outillées, ces 24 personnes se chargeront à leur tour de démultiplier les connaissances acquises au profit des 288 volontaires (3 par villages) qui mèneront des séances de sensibilisation pour les populations des 12 villages que compte chaque épicentre, a indiqué Fatou Bineta Fall Baldé.

Selon la chargée du programme de microfinance et du WEB (pouvoir aux femmes), cette série d’ateliers vise à former des formateurs engagés pour la communauté et dotés d’un niveau d’instruction acceptable qui vont outiller des volontaires qui se chargeront de renforcer les capacités des membres des groupements féminins.

’’Nous avons délibérément choisi de séparer les formés en trois groupes spécialisés l’un en droits des femmes, l’autre en leadership et le dernier en santé de la reproduction, afin de faciliter leur intervention au bénéfice des femmes des différents épicentres’’, a expliqué Mme Baldé.

‘’La stratégie employée est en train de payer parce que nous sommes informés que la majorité des formés en droits de l’homme jouent un rôle d’auxiliaire de justice dans leurs localités et qu’aujourd’hui, nos épicentres accueillent de plus en plus d’élus locaux’’, a relevé Mme Baldé.

Ce choix de ne pas outiller un groupe dans les trois domaines est dicté par le souci d’éviter les contraintes de l’année dernière, a expliqué Alassane Pouye, coordonnateur du bureau décentralisé de l’ONG à Louga.

Il se dit convaincu que cette stratégie permettra également d’apporter une réponse au problème que posait les distances entre villages et de répondre rapidement aux besoins de connaissances des populations.

Cela répond également au souci majeur de THP d’associer le maximum de partenaires à la lutte contre la pauvreté, et de faire de sorte que chacun sente concerné et nourrisse le réflexe pour l’amélioration de ses conditions d’existence, a souligné M. Pouye.

‘’La femme, qui est au cœur de la stratégie, doit être armée, suffisamment préparée pour faire face à ce mal surmontable’’, a indiqué M. Pouye qui a souhaité la pérennisation de telles activités après le retrait de son organisation.

’’Nous travaillons sur les thèmes juridiques de base afin de faciliter leur maîtrise par la communauté’’, a pour sa part indiqué le formateur Kabir Ndiaye, satisfait de l’assiduité de ses élèves qui font quotidiennement des rapports sur les connaissances acquises en droits et devoirs fondamentaux de la personne.

Les personnes formées travaillent également en groupes et échangent sur des cas pratiques du droit des succession, sur le code de la famille (mariage, fiançailles, séparation de corps, divorce, etc.,), la loi, sur l’enfance, sur la violence, etc., a ajouté le juriste.

A l’entame de cet atelier, l’agent de THP Ameth Konaté a assuré une animation sur la vision, l’engagement et l’action (VEA), invitant les bénéficiaires à un changement de mentalité et à ne plus croiser les bras pour attendre de l’aide.

PON/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 911 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance