Recherche

Le PAGIRE demande une prorogation de son temps d’intervention



Dakar, 20 mai (APS) - Le démarrage prochain des activités du Projet de gestion intégrée des ressources en eau (PAGIRE) a subi à ses débuts un retard nécessitant à présent une demande prorogation de deux ans de sa mise en œuvre afin ‘’de redynamiser le système de planification et de gestion durable des ressources en eau du Sénégal’’.

Les interventions prochaines du PAGIRE bénéficient d’un financement estimé à un coût global de 1,680 million d’euros dont 1,580 million d’euros financés par le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Il a été approuvé le 31 août 2007 et a débuté le 15 mai 2008. Il y a une contribution en nature de l’Etat du Sénégal d’une valeur de 100.000 d’euros.

‘’Le volume obtenu avec l’accord de crédit la BAD est important et l’argent est là, mais jusque-là nous n’avons pas démarré tout le projet’’, a indiqué à l’APS, son coordonnateur, Gora Ndiaye. ‘’D’ici deux mois, nous allons terminer les acquisitions et des appels d’offres (de matériels) pour démarrer les activités du PAGIRE’’.

M. Ndiaye a déploré ‘’beaucoup de perte de temps’’ dans la procédure, notamment de production des avis de non objection aux requêtes introduites auprès de la BAD. ‘’Souvent, les pays sont accusés d’en être les responsables, mais c’est à leur niveau (eux les bailleurs de fonds) que le problème se situe’’.

En raison de l’étendue de la tâche et de la diversité des interventions dans la gestion intégrée des ressources en eau, le coordonnateur du PAGIRE a plaidé pour la mobilisation d’un complément de la première partie du financement octroyée par la BAD. Les fonds d’autres bailleurs sont souhaités.

Le PAGIRE est le projet de mise en œuvre du plan d’action pour la gestion intégrée des ressources en eau du Sénégal. Il intègre la politique du gouvernement visant à améliorer le cadre de vie et à asseoir les conditions pour un développement durable par la satisfaction des besoins en eau des populations, de l’agriculture et de l’élevage.

‘’Cela requiert une bonne maîtrise des ressources en eau qui devra nécessairement passer par la mise sur pied d’un système d’évaluation et de suivi opérationnel de ces ressources, explique une note de présentation. Le Sénégal a obtenu à cet effet, dans le cadre de la Facilité africaine de l’eau, ce don de la BAD.

Ce projet devra contribuer à la lutte contre la pauvreté dans l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement et des objectifs du Sommet mondial sur le développement durable.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2106 fois
PAGIRE


Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance