Recherche

La promotion du PAQ, une démarche à encourager



Dakar, 12 juil (APS) – La promotion du Partenariat pour l’amélioration de la qualité (PAQ) des services de santé est une démarche à encourager, et les communautés devraient s'y appuyer pour relever les défis majeurs liés aux prestations de services de qualité dans les structures de santé, au vu des résultats probants notés dans les localités cibles, à l'issue de visites d'une mission de suivi.

En effet, avec sa mise en œuvre dans les points de prestation de service (PPS), cette approche offre une participation communautaire effective, avec une population pleinement engagée dans la gestion des services de santé, indique-t-on du côté des acteurs de la santé.

La qualité des services offerts dans les services de santé est en effet perçue simultanément par les prestataires et la communauté.

Une mission de suivi sur le PAQ à l’initiative d’IntraHealth International et en partenariat avec le Réseau Siggil Jigéen, s'est récemment rendue dans des localités, comme Passy, Mbirkilane, Touba, Fatick…

Elle a permis de constater, à chaque étape, l’effectivité de cette approche où les problèmes de santé et la qualité y afférente sont résolus à temps et par niveau de responsabilité.

En effet, hormis le fait qu’il vise à contribuer à la bonne santé des populations, ainsi qu’au développement durable du Sénégal, le tutorat PAQ cherche aussi à renforcer l’implication des autorités locales dans la mobilisation de la communauté pour la gestion des services et des problèmes de santé.

De même, cette approche permet de susciter une plus grande implication de la communauté dans la gestion de la santé, et d’améliorer la qualité des soins offerts au niveau des PPS des régions cibles.

Dans un entretien accordé à la presse, le médecin-chef du district (MCD) de Touba, docteur Mamadou Dieng, a indiqué que pour mettre en œuvre l’approche PAQ, des tuteurs ont été ciblés et formés sur l’approche du ‘’tutorat PAQ’’.

‘’Nous avons eu l’opportunité de coopter des tuteurs qui sont, pour la majeure partie, des étudiants issus de la filière +santé communautaire+ de l’université de Bambey. Ce sont des relais qui ont apporté une touche professionnelle sous l’impulsion de l’équipe cadre de district’’, a-t-il fait valoir.

‘’Nous sommes parvenus, non seulement à former les tuteurs, mais aussi à les déployer sur le terrain et les suivre pour faire une analyse situationnelle au niveau des postes de santé, avant de procéder à des restitutions communautaires’’, a ajouter docteur Dieng

Tous les postes de santé ont déjà été visités et chaque poste a élaboré son plan d’action, même si cela a créé quelques petites frictions, parce qu’il fallait demander aux populations ce qui n’allait pas dans la qualité des services.

‘’Il y a eu beaucoup de discussions autour de ces problèmes, parce que les prestataires n’avaient pas compris la démarche et l’approche, dans la mesure où on a mis le focus carrément sur le milieu communautaire’’, a relevé le MCD de Touba.

A l’en croire, cela a suscité un peu de scepticisme au départ, parce que les prestataires estimaient être mis en mal avec les populations. ‘’On ne peut pas développer une approche qualité sans demander aux clients leurs avis et en tenir compte’’, a-t-il dit.

D’après docteur Mamadou Dieng, le district sanitaire de Touba est parvenu à faire une analyse situationnelle dans tous les postes de santé et organiser des séances de restitutions qui ont eu pour effet de faire prendre des engagements aux comités de santé.

‘’Et cela, sur tous les points d’amélioration de la qualité des services de santé, allant du matériel médical à l’achat d’ambulance ou à la restauration des locaux et au recrutement et paiement du personnel de santé’’, a-t-il expliqué.

Donc, il y a une rupture de paradigmes par rapport à la vision d’antan, parce qu’avant l’arrivée de ces approches du tutorat PAQ et du tutorat plus, le prestataire était au centre de toutes les décisions et, de fait, ne voyait pas ce qui ne marchait pas.

‘’Il était juge et partie’’, a-t-il rappelé, indiquant qu’avec le tutorat PAQ, les rôles sont carrément distribués, ce qui a eu pour effet le fort engagement des acteurs qui ont jeté les bases d’une concertation durable, parce qu’ayant compris qu’on ne peut pas avancer sans la concertation.

LTF/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 127 fois
Santé


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 11
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance