Recherche

La conférence de la Banque mondiale a pour objectif de mobiliser des partenariats public-privé pour financer l’infrastructure en période de crise

WASHINGTON, 15 décembre 2008 — Une conférence d’experts se tiendra à la Banque mondiale du 15 au 18 décembre pour définir les moyens de rétablir le financement des routes, de la production et de la distribution d’électricité et d’autres infrastructures par le marché des participations et de l'emprunt à l’heure où une crise financière secoue la planète.



La réunion, à laquelle doivent participer quelque 150 hauts fonctionnaires et experts intervenant dans les partenariats public-privé du secteur de l’infrastructure, a lieu au moment où de nombreux pays, développés et en développement, engagent des investissements massifs dans l’infrastructure dans le cadre de vastes programmes de relance destinés à lutter contre la crise économique.



« L’infrastructure offre des créneaux d’investissement de premier plan aux investisseurs à long terme, même en période de crise mondiale » a déclaré Ngozi N. Okonjo-Iweala, Directrice générale, Banque mondiale. « Pour la reprise économique comme pour le développement à long terme, il importe de faire appel aux marchés financiers privés pour procéder à des investissements souvent indispensables et urgents dans l’infrastructure. Les institutions financières internationales ne peuvent à elles seules satisfaire les besoins du monde en développement. Il est donc indispensable d’unir nos efforts pour maximiser les retombées des interventions. »



La conférence, intitulée Journées des partenariats public-privé dans l’infrastructure (PPPI) et organisée conjointement par l’Institut de la Banque mondiale et l’Institut de la Banque asiatique de développement, durera quatre jours et se tiendra à Washington. Y participeront des experts de cabinets financiers, juridiques et de conseil privés et d’autres entreprises de 65 pays ainsi que des responsables du Groupe de la Banque mondiale, d’autres organismes multilatéraux et de pays bailleurs de fonds.



Au cours des discussions de groupe, ils examineront de quelle manière les secteurs public et privé peuvent partager le financement, les risques et les bénéfices des projets d’infrastructure dans des secteurs tels que l’énergie, le transport, l’eau et l’assainissement, auxquels les entreprises privées délivrent souvent des services, ainsi que dans les domaines de l’éducation et de la santé, où le secteur public joue plus souvent un rôle prépondérant.



Ainsi que Robert B. Zoellick, Président du Groupe de la Banque mondiale, l’a annoncé le mois dernier, l’IFC, l’institution chargée de l’investissement du secteur privé, met actuellement en place un Mécanisme d’appui à l’infrastructure en situation de crise qui apportera des financements reconductibles et concourra à la recapitalisation de projets d’infrastructure viables, financés sur fonds privés ou dans le cadre de partenariats public-privé, sur les marchés émergents confrontés à des difficultés dues à la crise financière mondiale.



Depuis près de vingt ans, les gouvernements des pays industriels et en développement font appel aux PPI pour accélérer l’investissement dans l’infrastructure et améliorer la prestation de services. Pour élaborer et exécuter ces programmes, ils créent généralement des services spécialisés afin d’acquérir l’expertise nécessaire en matière de marchés publics, de négociations et de suivi des travaux et des services d’infrastructure. La qualité de cette expertise est un facteur crucial pour déterminer si les autorités des pays en développement sont en mesure ou pas de créer et d’entretenir des partenariats public-privé efficaces, qui partagent les risques liés à de gros investissements et apportent des bénéfices aux deux parties.



Afin d’aider ces pays à acquérir l’expertise requise, l’Institut de la Banque mondiale, en collaboration avec d’autres organismes multilatéraux, va lancer, à l’occasion des Journées PPPI, un nouveau programme d’apprentissage destiné aux fonctionnaires des gouvernements des pays en développement. « Ce programme mondialde renforcement des capacités en matière de partenariats public-privé sera conduit par l’Institut de la Banque mondiale et d’autres organismes et partenaires multilatéraux l’an prochain » a précisé Sanjay Pradhan, Vice-président de l’Institut de la Banque mondiale.



La conférence a pour ambition de mieux faire comprendre comment les projets de PPP les plus ébranlés par la crise financière peuvent continuer de mobiliser des financements à long terme. Les débats feront abondamment fond de l’expérience acquise par les marchés arrivés à maturité et les marchés émergents pour attirer les financements et l’expertise privés dans des projets de partenariat public-privé et analyseront les retombées des difficultés que connaissent actuellement les marchés financiers et du crédit sur les futurs PPP. Les participants se pencheront également sur les nouveaux risques liés au financement de l’infrastructure par le biais d’obligations d’infrastructure, de fonds d’infrastructure et de financements structurés, et sur la façon dont ces méthodes pourraient déterminer l’avenir des projets de PPP sur les marchés émergents.

Source:Banque mondiale:http://web.worldbank.org

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2246 fois
Partenariats public-privé(PPP)


Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance