Recherche

LEADERCHIP FEMININ DANS LES PARTIS POLITIQUES ET LES ORGANISMES CIVIQUES Le mouvement citoyen s’engage à former plus de 500 filles

Le Mouvement Citoyen s’engage à former 5OO filles durant deux ans dans toutes les régions du Sénégal. Un programme qui vise l’implication du genre dans les instances de décisions et plus particulièrement les partis politiques et les organismes civiques



LEADERCHIP FEMININ DANS LES PARTIS POLITIQUES ET LES ORGANISMES CIVIQUES  Le mouvement citoyen s’engage à former plus de 500 filles
Le mouvement citoyen s’engage à former plus de 500 jeunes filles militantes des partis politiques au pouvoir et de l’opposition. La révélation a été faite hier jeudi, 23 avril, dans un hôtel de Dakar par la présidente du Mouvement madame Penda Mbow. Une rencontre organisée dans le but sensibiliser les populations, les leaders des partis politiques et les organismes civiques de l’importance d’impliquer les filles dans les instances de décisions.

Ce programme dont le thème s’articule autour du « renforcement des capacités des jeunes filles dans les partis politiques et les organismes civiques » vise, entre autres objectifs, la réalisation d’une « masse critique » afin d’améliorer la participation des jeunes et des filles en particulier dans les instances de décisions au niveau national et local « Ce programme financé par le fonds des nations unies pour la démocratie, les partis politiques de l’opposition et le gouvernement les organisations civiques. Il s’agit de donner une formation pointue à des jeunes filles qui doivent assurer la relève de demain et qui sont militantes de partis politiques, pour former de véritables leaders capables de prendre en charge les transformations et les mutations de leur société » explique Penda Mbow, président du Mouvement Citoyen.

Selon elle, il s’agit, surtout, d’arriver à intégrer à l’intérieur des partis politiques l’ensemble des préoccupations de toute une société, mais particulièrement celles des femmes. Raison pour laquelle le mouvement citoyen a changé de stratégies parce qu’il s’est rendu compte que jusque-là, les mécanismes qui ont été mis en place ne sont pas suffisants pour régler le problème de la participation des femmes en politique.

Cette nouvelle stratégie va permettre de prendre en charge l’ensemble des questions concernant les institutions, les grandes théories des sciences politiques mais aussi la connaissance des problèmes lié à l’établissement et à l’élaboration de ce projet de société qui durera deux ans. Dans presque toutes les régions du Sénégal, des activités ont été menées dans ce sens avec des focus group, pour recueillir leurs préoccupations.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 919 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance