Recherche

L’élevage demeure l’activité dominante dans le monde rural (étude)



Saly (Mbour), 28 juin (APS) - L’élevage reste toujours, avec l’agriculture, l’une des principales activités des populations rurales, en tant que sources d’aliments et de revenus monétaires, conclut le diagnostic réalisé dans le cadre de l’élaboration de la deuxième phase du Plan national de développement de l’élevage (PNDE 2, 2012-2016).

Ce document qui prône le renforcement du cadre institutionnel dans la perspective de l’amélioration de l’élevage est soumis depuis mardi à la validation par les responsables et acteurs du secteur qui se réunissent à Saly.

Le diagnostic relève que la valeur ajoutée de l’élevage aux prix courants est passée de 236 milliards de francs CFA en 2008 à 243 milliards de Francs CFA en 2009, soit une hausse de 3,2%.

En 2009 toujours, l’élevage a représenté 24,8% de la valeur ajoutée totale du secteur primaire contre 27,1% en 2008 malgré un recul de 2,3 points, en liaison avec les dynamismes de l’agriculture (gain de 1,1 points) et des activités extractives (gain 1,3 points).

Longtemps pratiqué sous une forme extensive, il s’améliore de plus en plus avec l’adoption d’un mode d’élevage "plus efficace et plus efficiente" et l’introduction de nouvelles races plus productives, selon toujours le document.

En outre, il a connu un réel dynamisme au cours de ces dernières années, avec des performances appréciables, notamment en matière de création de valeur ajoutée, renforçant ainsi la contribution des filières locales dans la satisfaction de la demande nationale.

L’élevage ‘’occupe une place importante’’ dans le secteur primaire de par sa contribution à l’atteinte de l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté, selon Dr Abdoulaye Dieng, conseiller technique du ministre de l’Elevage.

Représentant le ministre de l’Elevage à l’ouverture de cette rencontre de deux jours, il a souligné qu’à travers la promulgation, en 2004, de la loi agro-sylvo-pastorale, le chef de l’Etat a initié une vision nouvelle de l’agriculture et de l’élevage, portée vers la promotion socio-économique des acteurs, la croissance et la création de richesses et d’emplois.

‘’C’est dans cette perspective, d’ailleurs, que le ministère de l’Elevage a lancé, depuis 2006, le processus de formulation du Plan national de développement de l’élevage’’, a-t-il expliqué.

L’atelier cherche à produire ‘’dans une démarche participative et consensuelle, un document de pilotage du sous-secteur de l’élevage, en adéquation avec les orientations de l’Etat et les recommandations des différents acteurs de l’élevage, de la société civile, du secteur privé et des partenaires au développement".

ADE/OID/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 985 fois
Elevage


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance