Recherche

L’ONU magnifie l’expertise de Dakar en matière de prévention de risques et catastrophes



Dakar, 28 jan (APS) – Le Sénégal a fait des progrès notoires dans le domaine de la gestion des risques et catastrophes et peut se prévaloir d'une capacité pour accompagner le travail qui se fait dans ce domaine en Afrique, a déclaré mardi la représentante du secrétaire général de l’ONU pour la gestion des catastrophes, Margareta Wahlström.

‘’J’ai noté une capacité du Sénégal à prendre des décisions en multipliant les initiatives de réduction de risques et des catastrophes pour assurer le développement économique et social du pays’’, a notamment dit Mme Wahlström.

En visite au Sénégal, la représentante du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies pour la gestion des catastrophes a rencontré les organisations de femmes, la Direction de la protection civile, le Premier ministre, Aminata Touré, la présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Aminata Tall, entre autres.

‘’Nous avons eu une présentation des experts de la protection civile sénégalaise qui a relevé un progrès dans le travail de réduction des risques au Sénégal’’, a salué l’émissaire onusien, insistant sur la nécessité d’impliquer le secteur privé dans les initiatives de gestion de risques et catastrophes.

Au sortir d’une rencontre avec la présidente du CESE Aminata Tall, la représentante du secrétaire général de l’ONU a loué l’expertise de cette chambre consultative.

‘’La présidente a exposé les rôles et fonctions des différents conseillers. Nous avons aussi échangé sur des idées et des points de vue communs en essayant de voir comment accompagner le travail du Conseil économique social et environnemental’’, a-t-elle dit.

Entourée par des experts techniques, notamment en environnement, Aminata Tall a présenté les enjeux et les différentes initiatives de son institution en matière de gestion de risques. ‘’Les échanges ont porté sur comment cette institution (le CESE) pourra accompagner le travail qui se fait en Afrique dans le cadre de la lutte contre les risques et les catastrophes naturelles’’, a confié Mme Wahlström.

Elle a souhaité une intégration du secteur privé sénégalais dans le travail de réduction des risques. ‘’C’est le secteur privé qui représente la plupart des investissements dans le pays. Ce qui fait qu’il est impossible de se lancer dans une dynamique de réduire les risques et catastrophes, sans une implication du privé sénégalais’’, a estimé la représentante du secrétaire général de l’ONU pour la gestion des catastrophes.

MTN/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 314 fois
Bon à Savoir


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 28
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance