Recherche

L'IFPRI aide le gouvernement à asseoir des politiques durables (officiel)



Dakar, 1er avr (APS) - L’Institut international de la recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) contribue considérablement à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques agricoles durables au Sénégal, a affirmé, mercredi à Dakar, Dogo Seck, secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

L’IFPRI, dans son rapport 2014, présenté, mercredi, signale ''des décisions importantes’’ et met en exergue ''de nouvelles perspectives afin d’améliorer durablement la sécurité alimentaire'', a-t-il indiqué.

‘’Il n’a cessé, depuis 2011, de renforcer sa collaboration avec le gouvernement du Sénégal à travers son bureau régional consistant à un appui précieux dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi évaluation de stratégies et programmes de développement agricole au Sénégal’’, a fait savoir Dogo Seck.

Depuis cette date, l’IFPRI préfigure en bonne place parmi les partenaires privilégiés pour la mise en œuvre des priorités du pays, selon M. Seck.

Il a rappelé qu’en novembre 2013, le ministère de l’Agriculture a signé avec cette institution, un protocole d’accord qui vise à renforcer les capacités de ce département, d’analyse des politiques, à mette en place un système de gestion des connaissances.

M. Seck a indiqué qu'un autre programme d’appui en cours de finalisation va, à terme, doter le Sénégal d’une expertise prête à répondre à la demande d’appui technique du ministère dans le domaine de la planification, de la mise en œuvre et du suivi-évaluation de politiques agricoles définies.

''Au Sénégal, a-t-il souligné, cette vision est traduite au plus haut niveau dans le PSE et le programme d’accélération de la cadence de l’agriculture (PRACAS) qui, opérationnalise le volet agricole du plan.

‘’Il a été élaboré pour satisfaire trois aspirations du PSE qui sont le renforcement de la sécurité alimentaire du Sénégal et le rééquilibrage de la balance commerciale, le développement de filières intégrées, compétitives et haute valeur ajoutée, la préservation des équilibres sociaux économiques et la dynamisation de l’économie rurale’’ a détaillé M. Seck.

A cela s’ajoute la restructuration de la filière arachidière pour atteindre une performance de production d’un million de tonnes et un volume d’exportation annuelle de 100 à 150 mille tonnes.

Le but visé est également d’atteindre une autosuffisance en oignon en 2016. Il en est de même pour les fruits et légumes et une augmentation des fermes agricoles qui est de 25 à 150 en 2017.

Il a assuré que ‘’l’équipement du monde rural sera renouvelé en matière de matériel agricole moderne, de production, de récolte de transformation et de conservation des produits’’.

SBS/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 215 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance