Recherche

Kédougou, Le programme « Epargner pour le changement » fait des émules à Sabodola

Incontestablement, le programme « Epargner pour le changement » de l’ONG La Lumière en partenariat avec Oxfam América, a qualitativement amélioré le niveau de vie des femmes de Sabodala. Aujourd’hui, les neufs groupes mis en place ont engrangé plus de 11 millions de nos francs d’épargne, ce qui leur permet de développer beaucoup d’activités génératrices de revenus.



La substance du programme consiste à regrouper des femmes d’un même village, à les organiser pour mobiliser de façon hebdomadaire des cotisations devant être épargnées pendant un certain moment selon des règles qui définissent très clairement le fonctionnement implicite du groupe qui dépasse rarement 25 membres. Entre janvier 2007 et juillet 2008 par exemple, sur la base de 250 F de cotisation par membre, puis de 500 Fcfa, les femmes de l’un des neuf groupes que compte le village de Sabodala ont mobilisé 1 328 900 Fcfa dont 960 000 sont donnés aux membres du groupe, sous forme de prêts remboursables en trois mois avec des intérêts de 10%.

Les impacts positifs sont visibles sans jumelles dira Kadidiatou Cissokho, l’une des membres du groupe. « Je rentre comme ça d’un voyage du Mali où j’étais allée acheter des marchandises après avoir contracté un prêt de 300 000F. Je m’en sors à merveille et ceci fait que les nuits longues suites à mon divorce sont désormais renvoyées aux calendes grecques », dira-t-elle. Le système a sensiblement contribué à alléger les travaux des femmes. Elles soutiendront consacrer moins de temps à l’orpaillage, s’occuper des problèmes de santé de leurs enfants, de leurs frais de scolarité.

Certaines d’entre elles se payent même le luxe de recruter une main d’œuvre pour leurs activités agricoles. Avec une note de fierté, les femmes avanceront avoir évacué à l’hôpital de Nenefischa une des leurs qui présentaient de sérieux problèmes d’ordre gynécologique. Par moments, elles surviennent aux besoins d’un mari secoué par l’oisiveté et le désœuvrement. Comme conséquence logique, leurs voix comptent de plus en plus dans le processus de prise de décision au sein de la cellule familiale.

Khossanto

Premier marché hebdomadaire du département de Saraya

Les fortes averses qui s’abattaient sur Khossanto n’ont en rien brisé l’élan des laborieuses femmes de la dite communauté rurale. Elles tenaient comme à la prunelle de leurs yeux à ce marché, suite à l’encadrement rapproché et aux conseils de l’agent de l’Ong « La Lumière » en charge du programme « Epargner Pour le Changement » dans ladite communauté rurale. Pour le secrétaire exécutif Ibrahima Sory Diallo, « ce marché est un cadre d’échanges favorable à la fructification de l’épargne mobilisée par les femmes, il constituera aussi un formidable réceptacle pour les compagnies minières mais aussi un cadre incitatif pour les emplois indirects liés aux opérations minières comme l’artisanat par exemple ».

Ce marché de Khossanto va à coup sûr développer les échanges dans le tout nouveau département de Saraya ; ce qui fait que les communautés dans toutes leurs composantes se sont félicitées de l’initiative, même si elles ont amèrement regretté l’absence du président du conseil rural qui semble avoir mis en quarantaine le village, depuis qu’il y a été violemment pris à partie en novembre dernier par des jeunes surexcités. Ces derniers le soupçonnant à tort ou à raison d’être de connivence avec les entreprises minières.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2253 fois
ONG La Lumière


Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance