Recherche

KEDOUGOU : OXFAM AMERICA RENCONTRE LES COMMUNAUTES MINIERES, Les impacts des opérations au menu des discussions

Mardi à Sabodala, la directrice des programmes régionaux d’Oxfam América, le directeur du département Evaluation ainsi que celui du bureau régional de l’Afrique de l’ouest et leur partenaire l’ONG « La Lumière » ont échangé avec les comités villageois de surveillance des impacts des opérations minières.



KEDOUGOU : OXFAM AMERICA RENCONTRE LES COMMUNAUTES MINIERES,  Les impacts des opérations au menu des discussions
Les frottements ont laissé entrevoir la nécessité de la mise en place d’un espace de dialogue entre les populations des périmètres miniers, les autorités administratives et les compagnies pour aplanir certaines difficultés liées surtout à un déficit de communication.

Il a plu comme vache qui pisse sur le Bélédougou toute cette journée du mardi. Malgré tout, les populations de Sabodala, Faloumbou, Bambaraya, Makhana, Bransan et Mamakhono sur les huit villages qui constituent le comité inter-villageois de surveillance des impacts d’ordre environnemental et social, ont tenu à s’entretenir avec les responsables d’Oxfam dont la philosophie « est de les outiller afin qu’elles puissent mieux comprendre les impacts de l’exploitation industrielle, une grande première dans notre pays » expliquera d’entrée de jeu Mamadou Bitèye, Directeur régional Afrique de l’Ouest d’Oxfam.

Comme s’il n’y avait que cela comme opportunité, les communautés ont incroyablement insisté sur la récurrente problématique du recrutement de la main d’œuvre non qualifiée. Partout ce sont les mêmes complaintes, il n’y aurait guère de discrimination positive en leur faveur. « Nos enfants continuent à tourner les pouces pendant que nous voyons tous les jours des jeunes d’autres horizons débarquer et se faire recruter. Nous ne pouvons comprendre cette situation alors que devons être les premiers bénéficiaires des retombées économiques des opérations minières », laissera entendre Sara Cissokho, chef de village de Sabodala.

En termes d’emploi non qualifié d’ailleurs, les communautés elles-mêmes soutiendront que la demande est de loin supérieure à l’offre. C’est peut être ce qui justifie le système de rotation bi hebdomadaire mis en place par les compagnies, de concert avec les communautés. Le jeu n’en vaut pas du tout la chandelle, soutiennent certains experts du développement local, dans la mesure où il leur arrive difficilement d’empocher plus de 15 000 FCFA avant la prochaine rotation un ou deux mois après. D’autres responsables des comités de surveillance mettront sur la table les « entorses à la législation du travail, » en brandissant notamment des contrats à durée déterminée pas arrivé à terme, pendant qu’ils seraient tranquillement remerciés par leur employeur dont la Mauritanienne de Construction et d’Equipement.

Les mêmes situations seraient vécues par d’autres ouvriers chez d’autres employeurs et cela, aux yeux des communautés paraissent inadmissibles.

Les populations de la petite bourgade de Dambamkoto signifieront au cours de ce conclave le projet de déguerpissement du village pour se poser des questions sur la nature de la sauce à laquelle ils allaient être mangés avec leurs investissements. Ils seront vite rassurés par le secrétaire exécutif de « La Lumière » qui a avancé qu’un arrêté du gouverneur fixera la mise en place dès la fin de l’hivernage, d’une commission devant évaluer le montant des compensations. A ce sujet, le cas de l’ancien imam de Sabodala a été évoqué, lui qui a été dépossédé de ses champs et attend toujours d’être indemnisé.

De gros efforts sont faits dans ce sens avec l’aménagement de 80 hectares sur les 100 prévus, pour dédommager certaines personnes expropriées de leurs terres de culture. Le problème, les parcelles seraient très loin des villages, il se situerait à environs 10 km de là. L’autre sujet d’inquiétude exprimé par les communautés et surtout le chef de village de Sabodala est inhérent à l’utilisation de certains produits durant la phase industrielle. « Nous avons énormément peur pour l’eau qui pose beaucoup problème ici, notre bétail, compte tenu de l’expérience que nous avons précédemment vécue. Il y a certes des retombées bénéfiques de l’exploitation industrielle de l’or, mais des inconvénients, il y en a aussi et pas des moindres », a dit Sara Cissokho qui s’est félicité du travail de renforcement des capacités et de formation abattu à leur endroit par l’Ong « La Lumière ».

Nécessité d’aménagement d’un espace de dialogue pour OXFAM

« Bonne note est prise pour certaines choses à discuter à d’autres niveaux » avancera Mamadou Bitèye le directeur régional Afrique de l’Ouest de Oxfam América qui ajoutera », qu’il ya lieu d’aménager des espaces de dialogue et mettre ainsi les protagonistes face à face ».

Ce dialogue, M. Bitèye y a invité les communautés minières pour éviter certains malentendus qui pourraient être fâcheux. Il révélera que son organisation recrutera une personne ressource dont la mission essentielle sera d’appuyer les comités villageois de surveillance dans l’identification, la classification et la formulation des problèmes sous forme de requêtes. En fait pas mal de problèmes soulevés par les communautés minières sont à mettre au compte d’un déficit criard de communication de la part des pouvoirs publics et des compagnies.

Pertinemment convaincues que « tout ce qui brille est or », les communautés pensent tout de suite voir leur cadre et conditions de vie s’améliorer en flèche. Le directeur des opérations de Oromin sera on ne peu plus clair. « Plus les compagnies évoluent vers l’exploitation industrielle, plus les opportunités d’emploi non qualifié baissent. Il faut échanger avec les communautés et leur faire part des nombreuses opportunités économiques qui s’offrent à elles dans le cadre des mines », dira Michel Marceau.

En termes d’opportunités par exemple, M. Marceau laissera entendre qu’il leur arrive de dépenser par semaine 15 à 20 millions de nos francs rien que pour importer des légumes, de la viande, des œufs et des effets vestimentaires parce que n’ayant pas trouvé de structure organisée sur place qui puisse satisfaire leur demande en la matière. « Des fonds sociaux existent pour les aider à s’organiser dans ce sens et démarrer leurs entreprises, après la mine qui a une durée de vie bien déterminée, les populations pourraient exporter même leurs produits » a ajouté le Directeur des opérations de Oromin qui invitera aussi toutes les parties à une grande rencontre d’échanges pour faire le point et inciter les entreprises minières au vrai débat.

Mme Muthoni Muriù la directrice des programmes régionaux de Oxfam América se dira impressionnée par l’engagement des communautés à trouver des solutions à leurs problèmes et les invitera également à nouer des partenariats avec les acteurs étatiques et d’autres acteurs pour endiguer leurs difficultés. Pour rappel, la construction de la mine est en cours, le premier lingot d’or dit-on est prévu à la fin de l’année 2008 et d’autres problèmes surgissent, ils sont liés au nouveau découpage administratif.

Contre toute attente, Sabodala et Bembo ont été érigés en sous-préfectures au détriment de Khossanto. Des voix commencent à se faire entendre dans le Bélédougou et le Dentila pour dire non. Dimanche 7 septembre dernier, les populations avaient donné le ton en se frottant aux forces de sécurité.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 3365 fois
OXFAM


Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance