Recherche

KAOLACK / PROGRAMME LOCAL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE Les femmes se mobilisent autour des mutuelles

Les femmes, les groupements et autres populations des villages de Dinguiraye dans le département de Nioro et Mboulougne dans la communauté rurale de Mboss, département de Kaffrine, veulent plus de dynamisme dans leurs transactions avec les mutuelles implantées dans leurs localités respectives.



KAOLACK / PROGRAMME LOCAL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE  Les femmes se mobilisent autour des mutuelles
Pour plus de rigueur dans leurs activités liées au maraîchage, à l’embauche, à la transformation de produits tirés de l’agriculture, ces populations estiment aujourd’hui nécessaire d’être en collaboration permanente avec les banques décentralisées pour disposer de ressources minimales leur permettant de conduire à bien leurs opérations spéculatives.

Non seulement elles pourront par ce canal réduire la pauvreté accrue qui sévit dans leurs localités, mais elles seront surtout en mesure de développer dans leur terroir certaines activités agricoles dont les cultures de contre saison.

Cette nouvelle volonté commune d’adhérer massivement aux mutuelles est venue lors d’une récente tournée de sensibilisation effectuée par la mutuelle d’épargne et de crédit « Teranga » en collaboration avec son partenaire stratégique PlanEt finance dans le cadre d’un programme intitulé micro finance et femme.

Ce programme qui vise à rendre les femmes beaucoup plus entreprenantes, se donne aussi le privilège de développer la micro finance dans les zones les plus reculées du pays où la pauvreté d’une manière générale s’accroît de plus en plus.

En effet, les deux rencontres tenues séparément dans ces deux localités constituaient pour les partenaires une occasion de sensibiliser sur la pérennisation des projets, les pratiques qu’il convient d’éviter afin de permettre à tout un chacun de disposer de ressources suffisantes dans la poursuite de ses activités propres.

Ainsi avec la campagne de commercialisation agricole qui tarde à démarrer, l’insuffisance du prix accordé au producteur, et la multitude de facteurs dépravant le système agricole, les populations quant à elles, accédaient leurs doléances sur la nécessité de passer aujourd’hui au renforcement de ressources pour couvrir le maximum de personnes voulant collaborer avec les institutions de finance rurale.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 709 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance