Recherche

KAOLACK / MISE EN PLACE DE LA STRATEGIE NATIONALE POUR L’EQUITE, L’EGALITE ET LE GENRE (SNEEG) Les mouvements de femmes persistent encore

Les organisations de femmes de la région de Kaolack poursuivent inlassablement leur combat de lutte pour le respect des principes d’équité, d’égalité de la dimension-genre au Sénégal. Après plusieurs actions menées dans ce sens à l’intérieur du pays, en direction des différents démembrements des organisations féminines, les femmes entendent mener désormais leurs activités vers les autorités.



Ainsi sous l’égide du Conseil national des Ong d’appui au développement (Congad), et de certains partenaires tels que le gouvernement canadien, elles ont lancé depuis hier Vendredi 30 Janvier, une nouvelle rencontre inter régionale destinée au renforcement des capacités des organisations de la société civile pour l’appropriation et le suivi de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour l’équité et l’égalité de genre. C’est en effet une nouvelle séance de formation annexée aux activités d’un programme national lancé au Sénégal depuis quelques mois.

Ce programme vise cependant à faire contribuer d’une manière significative la société civile sur le principe d’appropriation du document stratégique national relatif à l’équité et l’égalité de genre. Il permettra en effet aux organisations de la société civile non seulement de s’approprier des enjeux de la Sneeg, mais surtout de pouvoir élaborer un plan d’actions en faveur d’une participation effective de la société civile dans la mise en œuvre et le suivi de la Sneeg. Cette nouvelle phase que le combat pour le respect de la parité et de la dimension-genre vient d’atteindre aujourd’hui, découle en effet du retard constaté dans la mise la mise en vigueur des principes d’équité et d’égalité de genre au Sénégal.

Pour l’ensemble des acteurs qui y sont mobilisés tout autour, les revendications de mouvements et autres organisations de femmes sont toujours acceptées et traitées dans la légèreté. Les multiples réponses données par le pouvoir d’une manière générale, ne se limitent que sur de simples directives ou recommandations données. Une façon de faire qui, selon Mme Aminata Sarr présidente du Cosef, ne pourra jamais assurer aux femmes les résultats attendus dans leur combat, car « si réellement l’idée de donner gain de cause aux femmes est encore de la volonté du pouvoir, on aura passé à la révision ou à l’amendement de certaines lois allant dans le sens du respect des droits attribués aux femmes ».

Mais malheureusement constate la présidente du Cosef « l’application de l’équité et de l’égalité de genre, durant toute la durée de notre combat, bute encore sur ce déficit ; C’est en effet l’exemple avec les récentes investitures, où l’état et les partis politiques de ce pays n’ont pris aucune mesure pour le respect de la parité sur les listes d’investiture » a-t-elle aussi poursuivi.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 869 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance