Recherche

Joal-Fadiouth: des transformatrices s'opposent à l’implantation d’une usine de farine de poisson



Joal-Fadiouth (Mbour), 27 fév (APS) - Les femmes transformatrices des sites de Khelcom et de Tann, regroupées au sein du GIE interprofessionnel de la commune de Joal-Fadiouth (Ouest), ont manifesté mercredi leur opposition à l’implantation d’une fabrique de farine de poisson dans leur localité.

Arborant des foulards rouges lors d'un rassemblement sur le site de Khelcom, les protestataires ont révélé que le conseil municipal de Joal-Fadiouth a attribué un terrain à des industriels russes pour la transformation de la sardinelle en farine de poisson destinée à l’alimentation de la volaille.

‘’D'après le promoteur, l'usine va générer 170 emplois et a une capacité de production de 46 tonnes de farine de poisson par jour, soit 460 tonnes de poisson frais par jour’’, a dit Marianne Téning Ndiaye, présidente des femmes transformatrices du GIE interprofessionnel de la localité.

Elle a signalé que la quantité de poissons débarquée par jour au quai de pêche de Joal-Fadiouth n’atteignait même pas 200 tonnes de poissons. ‘’Donc, a-t-elle soutenu, cette usine va utiliser tout le poisson débarqué à Joal-Fadiouth, mais aussi des autres quais de pêche.’’

Mme Ndiaye, qui est la présidente des femmes transformatrices du site de Khelcom, a affirmé que l’usine ne paierait pas le casier de poissons au-delà de 3000 francs CFA, alors que depuis cinq à six ans, ce même casier varie entre 5000 et 7000 francs.

‘’Sachant que si cette usine s’installe, elle va accaparer tout le poisson de Joal-Fadiouth et ses environs, parce qu’évoluant sur le marché le plus offrant, ce sera la fin de la transformation artisanale du poisson sur la Petite Côte toute entière, mais aussi la fin de toutes autres activités connexes de la pêche’’, a alerté Marianne Téning Ndiaye.

Elle a fait part des conséquences sur les 4000 emplois en cours, redoutant une paralysie de leurs activités de transformations pouvant affecter les revenus des familles des femmes opérant dans la transformation artisanale.

‘’Cette usine veut utiliser tout le poisson que nous consommons au quotidien, à travers notre +thiébou dieune+ national, alors que les promoteurs de cette usine veulent, eux, nourrir leur animaux.’’

La municipalité de Joal-Fadiouth n'était pas joignable, selon le correspondant de l'APS qui signale que les protestataires ont reçu un soutien du député Maguette Diokh, conseiller municipal de la communue, qui a assisté à la manifestation de protestation.

ADE/SAB

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 274 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance