Recherche

Intégration des femmes de Rufisque-Est : 100 millions pour la formation des acteurs de développement



La situation des femmes de Rufisque, notamment celles de Rufisque-Est, inquiètent les autorités municipales. Dans cette commune, les femmes sont de plus en plus enfermées dans des formes de travail précaire, faiblement rémunérées et qui offrent peu de possibilités de formation. Pour mieux prendre en charge les aspirations de ces femmes, a été mis en place un programme quadriennal de 100 millions de francs Cfa dont l’objectif est d’accompagner la commune d’arrondissement de Rufisque-Est à prendre en charge de manière durable la problématique du renforcement de capacités des femmes et leur intégration dans le tissu socio-économique. Ce programme est le fruit d’un partenariat entre Enda-Ecopole, l’Agence de coopération espagnole et la mairie de Rufisque-Est. A cet effet, un important volet est réservé à la mise en place d’activités génératrices de revenus tels que la transformation des produits halieutiques, de céréales locales, le micro-mareyage, la coiffure…

Pour le responsable d’Enda-Ecopole, il faut avoir avant tout une meilleure lecture et une visibilité de l’environnement en termes d’opportunités économiques. ‘Il faut identifier les contraintes éventuelles qui pourraient influer sur le développement économique des femmes’, lance Omar Tandian, coordonnateur d’Enda-Ecopole. C’est dans ce cadre que des centaines de femmes de Rufisque-Est et de la zone rurale, Sangalcam, ont fait le déplacement pour participer à la restitution de l’étude diagnostique commanditée par le programme. C’est ainsi que la situation du département a été analysée par les participants. Ils ont aussi procédé à l’analyse des opportunités d’affaires en rapport avec les domaines d’activités des groupements. Des recommandations ont été formulées et un guide qui présente les différents acteurs économiques de Rufisque sera établi.

En attendant la mise en place d’une plate-forme des acteurs économiques de Rufisque, la journée a permis de recueillir les suggestions des différents acteurs au cours d’une discussion-débat. Beaucoup de femmes qui ont pris la parole, ont déploré l’absence d’accès aux structures bancaires. Et pour les femmes rurales, un centre de conditionnement fera l’affaire.

Najib SAGNA
Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1195 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance