Recherche

Institut pour le savoir et le leadership : Les jeunes s’engagent à promouvoir la démocratie en Afrique



Les jeunes dans la définition d’un agenda de justice sociale en Afrique. C’est le thème retenu, cette année, par l’Institut des jeunes africains pour le savoir et le leadership pour sa 4e édition qui se tient, du 22 au 31 décembre 2012, à la Fastef.

L’Institut des jeunes africains pour le savoir et le leadership (Ijal/Yowli) est un espace d’échanges et de renforcement de savoirs, des opportunités de réseautage, des capacités d’organisation et de plaidoyer. Il a pu créer, pour des centaines de jeunes, des possibilités de mettre en place leur propre organisation. Mieux, il a aidé des jeunes à franchir des échelons dans leur carrière professionnelle, de devenir les porte-voix des exclus et de reprendre leurs études supérieures.

Organisé par Awomi, (initiative des femmes africaines pour les droits humains et la lutte contre la pauvreté), Ijal/Yowli mise sur les jeunes qui restent les porteurs de messages. L’objectif étant de promouvoir la démocratie en Afrique. A cet égard, cette organisation, qui regroupe plus d’une vingtaine de pays du continent noir et certains pays du Nord, notamment le Brésil, compte jouer les premiers rôles dans le renforcement de la démocratie et la lutte contre la pauvreté.

La particularité de cette édition est l’implication du mouvement « Y en a Marre ». Yacine Fall, présidente d’honneur de Awomi, justifie ce choix par le rôle capital que ce mouvement a joué dans le renforcement de la démocratie citoyenne au Sénégal, de sa position de leadership dans le mouvement social en Afrique et de la référence qu’il incarne pour la jeunesse. Si l’on en croit la présidente d’honneur, Awomi veut, à partir de cette formation de jeunes leaders, contribuer à la création et à la consolidation de la citoyenneté démocratique basée sur le dialogue entre l'Afrique, ses multiples générations de femmes, sa diaspora et ses décideurs.

Le volet éducation-économique reste toujours le dessein de l’organisation. Mais, cette édition va créer un espace d’échanges à partir des leçons apprises de la mobilisation politique des jeunes au Sénégal durant les élections présidentielles et au-delà, les faire partager avec d’autres jeunes leaders africains. Ijal/Yowli « donne toujours la priorité aux jeunes filles, car elles ont souvent moins d’opportunités d’accès a ce genre de formation ».
A noter que les participants internationaux logent tous dans des familles sénégalaises. Le symposium, prévu le 29 décembre, va regrouper des invités venant des organisations de base, des représentants du gouvernement et d’autres autorités politiques. Awomi est constituée de jeunes ayant une tranche d’âge comprise entre 14 et 25 ans. Cette organisation regroupe des Africains, des Haïtiens, des Jamaïcains.

Ibrahima KANDE (stagiaire)
Le Soleil


Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 152 fois
Education-Formation


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance