Recherche

Importation de riz : le paradoxe de certains pays africains



Tambacounda, 27 oct (APS) - La conseillère en formulation de projet agriculture-développement rural de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) Sénégal, Rika Atobe, a souligné, jeudi, à Tambacounda, le paradoxe des pays d’Afrique au Sud du Sahara dont le Sénégal qui importent une bonne partie de leur alimentation de base faite de riz, malgré les potentialités dont ils disposent en matière de riziculture.

‘’Force est de constater que, malheureusement, jusqu’à présent le Sénégal, comme la plupart des pays africains est obligé d’importer une importante partie de ses besoins en riz, alors que les potentialités existent’’, a indiqué Rika Atobe lors de la journée de lancement du Cadre local de concertation pour le développement de la riziculture (CLCR) dans la zone du Sénégal oriental.

‘’Le riz est d’une importance capitale au Sénégal eu égard au fait qu’il constitue la nourriture de base à la fois en milieu urbain que rural’’, a fait remarquer Mme Atobe.

‘’C’est pourquoi, dans le souci de partager l’expérience du Japon en matière de riziculture, la Coopération japonaise a toujours collaboré avec le Sénégal pour la réalisation de plusieurs projets’’, a-t-elle ajouté.

Elle a cité parmi ceux-ci, l’aménagement en 1988 des casiers rizicoles de Thiago-Guiers, la réhabilitation en 1994 des terres irriguées du casier de Débi, le tout à travers un financement non remboursable.

Il s’y ajoute l’étude sur la réorganisation de la production du riz en 2004-2006, le projet PAPRIZ actuellement en cours dans la vallée du Fleuve Sénégal, a-t-elle relevé.

‘’Avec la crise alimentaire, le Japon a encore renouvelé sa volonté politique manifeste de promouvoir le développement de la riziculture en lançant l’initiative Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD) lors de la TICAD IV’’, a dit Rika Atobe. L’objectif principal de l’initiative CARD est de ‘’doubler la production de riz en Afrique du Sud du Sahara, dans les 10 années à venir’’.

Il s’agira de la porter de 14 000 à 28 000 tonnes, à travers une meilleure coordination des investissements et de l’assistance technique dans ce secteur, a-t-elle relevé.

A travers cette initiative CARD, le ministère de l’Agriculture a, dès le début de l’année 2009, mis en place sa Stratégie nationale de développement de la riziculture(SNDR), pour promouvoir la culture du riz.

Basée au Kenya, l’initiative CARD regroupe 23 pays dont le Sénégal. Elle commence à avoir des résultats, dans la mesure où tous les pays membres ont déjà élaboré leur stratégie de développement de la riziculture et le Mali par exemple a produit l’année dernière 2,3 millions de tonnes de riz, a relevé Souleymane Diouf, consultant régional de CARD pour l’Afrique de l’Ouest.

BC/ADI/ASG


Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 873 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance