Recherche

Gouloumbou : les pêcheurs se plaignent des tueries de l'hippopotame



Gouloumbou, 29 avr (APS) - Les pêcheurs de la zone de Gouloumbou, sur le fleuve Gambie, se sont plaint auprès de Pape Diouf, ministre de la Pêche, des dégâts causés par l’hippopotame qui, selon eux, a déjà tué 16 personnes en 10 ans, représentant ainsi "une contrainte majeure" pour la pêche dans cette partie de la région de Tambacounda (Est).

M. Diouf, qui a entamé une tournée dans la région de Tambacounda, pour prospecter les endroits propices à la pêche continentale, s’est rendu dimanche à Gouloumbou et dans la communauté rurale de Nettéboulou (département de Tambacounda), où la doléance relative aux tueries de l’hippopotame a été posée.

A Gouloumbou, première étape de la tournée dans la zone, le chef du village, Amadou Barro Watt, avait, dans son discours de bienvenue, donné le ton, en lançant : ‘’L’hippopotame tue des personnes chaque année et détruit des champs’’. A sa suite, Siradio Fall, mandaté pour lire un discours au ministre, avait noté qu’il a été enregistré ‘’16 morts entre 2003 et 2013’’.

‘’Même si nous pouvons les tuer, certaines espèces sont protégées par la loi’’, a dit l’élève qui, lui-même, l'avait échappé belle à l’amphibien, en février dernier, alors qu’il était en compagnie d’Ibrahima Camara, dernière victime en date du fauve.

Siradio Fall partageait la même pirogue qu’Ibrahima Camara sur le fleuve Gambie au large de Sankagne dans la zone des bananeraies, quand leur embarcation a été attaquée par l’hippopotame qui a emporté son compagnon d’équipage.

‘’J’ai frôlé la mort’’, a-t-il raconté à des journalistes, avant de répondre à la question de savoir comment a-t-il pu se tirer d’affaire en disant : ‘’C’est Dieu seul’’ qui m’a aidé. Il a dit avoir nagé pour rejoindre la berge, après l’agression.

‘’Quand même, il faut des solutions pour ces pêcheurs’’, a estimé le ministre de la Pêche, relevant qu’il y a d’énormes potentialités, mais ils [les pêcheurs] ont dit qu’ils ont abandonné le fleuve, parce que, tout simplement, il y a les hippopotames qui font beaucoup de dégâts’’.

‘’Il est vrai que ces espèces sont protégées, mais elles ne sauraient être meilleures que les hommes’’, a dit le ministre, s'adressant aux pêcheurs de Gouloumbou, leur promettant de transmettre l’information au président de la République et au Premier ministre.

Il a suggéré que ce fauve -certains disent qu’ils sont plusieurs- soit transféré dans un milieu adapté comme le Parc du Niokolo Koba où il n’aura rien à voir avec les humains.

‘’Ce sont des espèces à protéger, mais [il ne faut] pas les protéger contre les hommes’’, a dit M. Diouf, notant qu’il est ‘’évident que des mesures seront prises’’. ‘’La Gendarmerie a fait des rapports là-dessus au ministère de l’Environnement et à la Primature. A mon retour, je vais rajouter à cela, avec ce que j’ai entendu ici’’, a-t-il poursuivi.

‘’Ça intéresse principalement le ministère de l’Environnement, mais […] en plus des rapports qu’il a déjà reçus, j’ajouterai mon rapport, en insistant pour dire que c’est une contrainte majeure pour le développement de la pêche dans cette zone-là’’, a dit Pape Diouf.

ADI/SAB/DND


Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 98 fois
Economie maritime-Pêches-aquaculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance