Recherche

GoorgoorlouPlus Bank : Crédits sans garantie pour les femmes



Une équipe de l’université Gaston Berger de Saint Louis vient de lancer une banque des pauvres dénommée "GoorgoorlouPlus Bank" dans la zone de Yella (Diama), à 40 kilomètres de ce temple du Savoir.

Une institution financière exclusivement consacrée aux femmes qui consentent des prêts sans garantie, aux groupements de production féminine sur une période de trois mois. Les premiers résultats qui prennent leurs racines dans la caution solidaire, sont très satisfaisants et le système connaît un engouement tel que les GPF se bousculent au portillon. Selon le PR Samba Mbaye, enseignant chercheur à l’Université Gaston Berger, suite à une visite de terrain, au niveau de la vallée du fleuve Sénégal, cette année, a initié des projets de développement dont l’objectif premier demeure la réduction de la pauvreté, l’amélioration des conditions de vie des populations. Il a été constaté que les femmes n’ont pas accès au crédit car les structures classiques qui accordent des crédits demandent un certain nombre de garanties, qu’elles ne disposent pas à cause de leur dénuement quasi total." Selon MBaye, il fallait donner un contenu vivant au concept d’université au service du développement malgré l’absence de capital de départ, l’UGB ne disposant pas de ligne de crédits pour ce genre d’activités.

Une tournée de sensibilisation a été effectuée dans les villages-cibles pour une étude complète et exhaustive sur la féminisation de la pauvreté et puis la transformation en fédération des groupements de production féminine sans statut juridique. Les 35 femmes-membres de chacun de ces GIE ont contribué pour 75.000 francs CFA pour de constituer un fonds de départ.

Avec un capital de départ de 630.000 francs, le groupe d’étudiants a effectué des études de projets et sélectionné 7 sur les 10 demandes émanant des GPF qui étaient à jour de leur cotisation. Sur la base du caractère populaire de la banque, j’ai procédé à un tirage aléatoire et trois GPF sont sortis du lot, à qui il a été accordé un crédit de 200.000francs, avec un taux d’intérêts de 10%, couplé à un taux d’épargne obligatoire de 5%. Les GIE qui ont reçu 200.000francs vont rembourser à terme 230.000 francs" a ajouté le PR Mbaye, précisant que les premiers crédits ont permis de financer le petit commerce et la tannerie. Pour la mise en place des structures qui dirigent la banque, l’équipe de l’UGB s’est appuyée sur les femmes les plus instruites des GIE qui figurent dans le bureau, au niveau des caisses, dans le comité de gestion et celui des crédits, ainsi que le conseil d’administration et le comité de surveillance. Pour que le travail se fasse sur des bases rigoureuses et scientifiques, des plans de formation dans de nombreuses disciplines comme l’informatique, la comptabilité, la gestion financière et les techniques de gestion des prêts, méthode de tenue des réunions et d’établissement de procès-verbaux de réunions ont été élaborés. Sur l’absence de garantie préalable de la part des bénéficiaires, le PR Samba MBaye indique faire appel à la caution solidaire qui fouette quelque peu l’orgueil des femmes, d’autant plus qu’elles se connaissent et sont informées au même niveau sur le placement de la somme prêtée. Il a ajouté que le fait d’évoquer publiquement tous les aspects liés à la banque et aux crédits, porte en lui-même les germes de la sécurité pour l’argent prêté et que personne, en dehors des membres de la fédération, ne peut prendre de l’argent dans cette banque dont le siège sera domicilié au niveau du Domaine d’Initiatives de l’UGB.

Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 737 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance