Recherche

Fatou KANE DIALLO (Responsable du Forprofem) : ‘C’est l’insertion qui a toujours posé problème’



Beaucoup de choses sont en train de changer en bien au niveau des Centres d’enseignement technique féminin (Cetf) et des Centres régionaux d’enseignement technique féminin (Cretf). Après les contenus pédagogiques qui privilégient l’Approche par les compétences (Apc), c’est au tour de l’insertion professionnelle des sortantes qui a ’toujours posé problème’, comme le souligne Fatou Kane Diallo, responsable du Projet d’appui à la formation professionnelle féminine (Forprofem) des régions de Diourbel, Fatick et Kaolack. Ce projet vise à accompagner les sortantes des Cetf en leur permettant d’obtenir des financements auprès des structures de micro-finance comme le Crédit mutuel sénégalais pour se mettre à leur propre compte. Ainsi, une enveloppe de près de 165 millions est mise à la disposition de ces diplômées des centres d’enseignement féminin de neuf départements des régions du Bassin arachidier. Par conséquent, la responsable du Forprofem croit savoir qu’avec cet appui du Royaume de Belgique, le problème de l’insertion sera résolu au moins pour les trois ans à venir. C’est à cette date que prend fin le projet.

Mais grâce aux infrastructures et aux équipements qui sont prévus dans le projet, tout laisse croire qu’après la fin du projet, l’impact sera grand et la continuité assurée. ‘Avec le projet, les populations peuvent s’attendre à une plus grande insertion des sortantes. Et si toutes les activités sont déroulées, nous pouvons ouvrir grandement les portes à l’accès. Et je pense qu’après le départ du projet, il va laisser un acquis aux populations pour une meilleure formation professionnelle de leurs enfants’, estime Fatou Kane Diallo.

De l’avis d’Amadou Bécaye Diop, chargé des finances du projet, l’accent sera mis sur l’accompagnement des filles avec la construction des ateliers de transit, qui sont une sorte de mise en situation professionnelle des sortantes ayant un Certificat d’aptitude professionnelle (Cap) ou une simple attestation. Abondant dans le sens, Abdoulaye Aïdara, chargé de l’insertion du Forprofem, pense qu’avec les nouvelles filières et une formation plus pointue, l’insertion des sortantes des Cetf dans les entreprises sera beaucoup plus facile. Et le fonds d’appui à l’insertion n’est qu’un appui supplémentaire pour développer chez la gent féminine l’esprit d’entreprenariat.

Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 2065 fois
Education-Formation


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance