Recherche

FORMATION EN GESTION D’ENTREPRISE 40 femmes de Jaxaay reçoivent leur parchemins

Une quarantaine de femmes du village de Jaxaay ont reçu hier, vendredi 25 septembre, leur attestation à l’issu d’une formation en gestion d’entreprise. Cette initiation qui est du Bureau Sous Régional de l’Organisation Internationale du Travail, en étroite collaboration avec le Ministre de la famille, de la Sécurité alimentaire, de l’Entreprenariat féminin, de la Micro finance et de la Petite enfance, s’est déroulée du 12 au 25 août 2009 dans cette localité.



Ces femmes de Jaxaay, situé dans la Communauté rurale de Sangalkam, ont été initiée à travers un séminaire de formation en modules « Gérer Mieux son Entreprise ou GERME », qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « d’Appui au Développement de l’Entreprenariat Féminin au Sénégal », lancé le 27 juillet 2009, par le Ministre d’État en charge de l’entreprenariat féminin et le Représentant du BIT à Dakar.

Selon le Ministre d’État, Ministre de la famille, de la Sécurité alimentaire, de l’Entreprenariat féminin, de la Micro finance et de la Petite enfance, Mme Ndèye khady Diop, ce projet vise entre autres objectifs, le renforcement des capacités nationales pour le développement de l’Entreprenariat Féminin en y intégrant une approche régionale, la création d’un environnement favorable aux affaires. A cela s’ajoute la création d’un système d’information avec des indicateurs nationaux.

Sur cette lancée, Mme Ndeup Diop, présidente des femmes de Jaxaay, informe que cette formation a été axée sur la gestion générale recouvrant des modules comme : entreprises et familles, marketing, stock, calcul des coûts, planification financière, approvisionnement. A son avis, « la formation nous a donné une autre possibilité de faire des affaires avec une manière rentable ». Pour elle, les outils capitalisés par les femmes de Jaaxay doivent être accompagnés par un programme de renforcement de capacité.

Par cette occasion, Ndeup Diop fait savoir aux autorités présentes à cette cérémonie que Jaxaay réclame un marché pour mener à bien des activités génératrices de revenu. A cela, Mme Diop y a ajouté la nécessité de leur octroyer des financements ainsi que d’équiper et de doter la maternité de cette localité d’une sage femme pour assurer le mieux être des populations, essentiel pour lutter contre la pauvreté.

Le directeur adjoint du Bureau Sous Régional de L’Oit pour le Sahel et L’Afrique Occidentale, M. Dramane Haïdara estime que cette initiative de former ces femmes traduit les grandes orientations stratégiques de la structure qu’il représente. Une politique fondée sur la promotion des droits fondamentaux aux travailleurs, à savoir la création d’emplois et le développement d’entreprises durables, l’extension de la protection sociale à tous les travailleurs et travailleuses, le tripartisme et le dialogue social. Selon M. Haïdara, le développement de l’esprit d’entreprise chez les femmes à travers les actions de sensibilisation et de renforcement de leurs capacités rentre en droite ligne dans la stratégie de promotion de l’entreprenariat féminin, adoptée en 2008 par l’Oit. Une stratégie qui, selon lui, vise à réduire la vulnérabilité des entreprises ayant une femme à leur tête quant aux point suivants : conditions de travail, sécurité et santé au travail, protection social…

Le Ministre d’État, Ndèye Khady Diop, pour sa part, estime que cette approche pourra contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté, la réduction des inégalités et l’élimination de toutes les forces de discrimination. Elle souligne ainsi la nécessité « d’élargir les opportunités à toutes les femmes qui veulent créer ou développer leurs micro, petites ou moyennes entreprises, qu’elles soient du secteur formel ou du secteur « dit non structuré », du milieu rural, périurbain ou urbain ».

Elle informe, par cette occasion, de la volonté des autorités d’envisager, dans le court terme, à savoir de 2009 à 2011, parmi leurs actions prioritaires, la mise en œuvre d’un programme de renforcement des capacités managériales et techniques des femmes dans divers domaines tels que la gestion, la teinture, la couture, la broderie, la coiffure, la transformation de produits locaux, mais aussi l’alphabétisation…etc. Pour le ministre d’État, il s’agira aussi, de la relance des instruments de crédit pour les femmes, en prenant conscience de cette contrainte majeure liée à l’accès au financement.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1240 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance