Recherche

FINANCEMENT DES PME ET DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE La Plasepri libère ses premiers chèques



La coopération italienne vient de décaisser un montant de 769.650.000 de F Cfa dans le cadre de la plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la diaspora sénégalaise en Italie. Ce financement entre dans le cadre d’un programme d’appui d’un montant global de 24 millions d’euros, (17milliards de francs Cfa) visant le développement du secteur privé. La cérémonie de remise des cinq premiers chèques a eu lieu hier, vendredi 1er octobre 2010, en présence du ministre d’Etat, ministre des mines, de l’industrie, de l’agro-industrie et des mines, Abdoulaye Baldé, du ministre de l’entreprenariat féminin et de la microfinance, Seynabou Ly Mbacké et de l’ambassadeur d’Italie, Giusseppe Calvetta.

Cinq entreprises, deux institutions de micro finance et trois Petites et moyennes entreprises (Pme) ont reçu leurs attestations d’accord de financement dans le cadre de la plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la diaspora sénégalaise en Italie (Plasepri). Le montant de ce premier financement s’élève à 769.650.000 F Cfa. Les institutions de micro finance ont enlevé le jackpot avec l’Union des institutions mutualistes communautaires d’épargne et de crédit (U-IMCEC) qui a obtenu 300 millions de F Cfa et la mutuelle d’épargne et de crédit Feprodes de Saint Louis a obtenu 100 millions F Cfa. Les trois Pme qui bénéficient de cette manne sont une Sarl qui s’active dans l’Agro industrie, établie à Diass (300 millions de F Cfa), une autre qui s’investit dans le secteur agropastoral et une autre qui s’active dans la boulangerie.

Ce financement provient des fonds dégagés par la coopération italienne dans le cadre du Plasepri qui entre dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Sénégal et l’Italie. Cet appui à hauteur de 17 millions d’euros (24 milliards de F Cfa) a pour objectifs « d’augmenter la capacité du secteur privé à contribuer au développement du pays et à accroître le volume d’investissements efficaces et productifs par les Pme », selon le directeur de la micro finance. Tafsir Amadou Mbaye, également responsable du programme, a ajouté que ce projet « s’articule autour du Document stratégique de réduction de la pauvreté (Dsrp) et la Stratégie de la Croissance Accélérée (Sca) ». Ce financement comprend deux lignes de crédit, l’une destinée aux Pme avec un montant de 12 millions d’euros et une autre de 8 millions d’euros destinée à la micro finance. A cela s’ajoutent la subvention de 4 millions d’euros.

Pour l’heure, trois banques (la Cncas, la Brs la Bimao) et quinze institutions de micro finance sont agrées, dans le cadre d’une convention entre le Ministère de l’économie et des finances et les intermédiaires financiers locaux. Les montants financés sont compris entre 30 et 300 millions de F Cfa et les taux d’intérêt sont de 08% l’an pour le secteur primaire et de 7% pour les autres secteurs. La durée des crédits accordés est comprise entre 5 et 7 ans. A travers l’accord cadre de refinancement, l’objet de la ligne de microfinance est de soutenir les Pme et les Très Petites Entreprises (Tpe) afin de « favoriser l’investissement productif à des conditions compétitives à travers les Systèmes financiers décentralisés ». Ceux-ci seront les interfaces de refinancement des entreprises. Dans ce secteur de la micro finance, les montants sont fixés entre un plancher de 3.500.000 F Cfa et un plafond de 30 millions aux conditions applicables par les Sfd. Toutefois, précise M. Aldo Cerra de la coopération italienne, « le taux nominal ne pourra en aucun cas dépasser les 12% par an ».

Daouda GUEYE
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 4216 fois
MICRO-FINANCE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance