Recherche

Abdoulaye Wade : ‘’Le PALAM est parfaitement pertinent et perspicace’’



Dakar, 11 jan (APS) – Le président de la République, Abdoulaye Wade a déclaré lundi à Dakar que le Programme d’alphabétisation et d’apprentissage des métiers pour la réduction de la pauvreté (PALAM), est ‘’parfaitement pertinent et perspicace’’.

‘’J’estime que le PALAM à travers ses objectifs qui a pour bénéficiaires des enfants, des jeunes et des femmes est parfaitement pertinent et perspicace, parce qu’il est en en cohérence avec la politique de l’Etat pour l’insertion des jeunes et des femmes’’ a notamment indiqué Abdoulaye Wade.

Le chef de l’Etat présidait, l’ouverture d’un atelier sous-régional de trois jours, consacrant le lancement officiel de ce programme qui s’inscrit dans l’accord cadre signé en 2008 à Dakar entre le gouvernement du Sénégal et la Banque islamique de développement (BID).

‘’Ce qui me ravi dans ce programme, a dit Me Wade, c’est la place centrale accordée à l’alphabétisation fonctionnelle en langue nationale, socle de notre culture et dont nous tirons l’éclosion de notre potentiel endogène’’.

Ce programme sous la tutelle du ministère en charge de la Famille concourt à la réduction de la pauvreté au Sénégal et intervient dans 15 communautés rurales pour améliorer les conditions de vie des groupes vulnérables et assurer leur auto promotion.

C’est pourquoi souligne le président Wade, il ne fait aucun doute que le PALAM sera à même d’accompagner la GOANA, ainsi que le programme jeune dans fermes agricoles du Plan REVA.

‘’Ce programme cadre, également, parfaitement avec ma vision en matière de promotion d’emploi des jeunes dans les banlieues, aussi bien, urbaines que rurales’’ a encore fait savoir le président Wade.

Pour le lancement effectif du PALAM au Sénégal, deux régions (Diourbel et Kaffrine) ont été choisies pour abriter ce programme pilote d’un coût global de 7 milliards sur cinq ans (2009-2013), avec une phase expérimentale de trois ans.

Les cibles concernés sont en priorité la catégorie d’âge des 9-15 ans (enfants déscolarisés dans la rue), les enfants des daaras qui ont une bonne formation religieuse, mais n’ayant pas reçu une formation technique qui les permet d’avoir un métier.

‘’La plupart des enfants issus des daaras deviennent presque tous des commerçants, il s’agira de renforcer leurs capacités et leur permettre d’avoir un métier pour assurer leur auto-développement’’ a fait comprendre Me Wade.

De plus fera-t-il remarquer, les femmes qui s’activent dans tous les secteurs de développement seront pris en compte dans ce programme qui compte renforcer leur formation en alphabétisation fonctionnelle, d’une formation technique professionnelle, avant de bénéficier de micro crédit.

Avant de remercier le Directeur de la BID, Ahmed Mouhamed Ali, pour son engagement à appuyer le Sénégal, sa compétence et sa loyauté, Abdoulaye Wade a fait comprendre qu’au Sénégal, ce n’est pas la bonne volonté qui manque, ni l’amour pour le travail, mais ‘’les moyens’’.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 3927 fois
Palam


Nouveau commentaire :

Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance