Recherche

ATELIER SUR LE GENRE Les décideurs outillés pour vaincre les réticences



Le ministère de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Artisanat a organisé hier jeudi, un atelier pour sensibiliser les directeurs et chefs de service sur la nécessité de mieux prendre charge le genre. Notamment les difficultés des filles à poursuivre des études professionnelles.


Le ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat a procédé hier jeudi, à l’organisation d’un atelier de partage sur le genre et son intégration dans la formation professionnelle et technique. Cet atelier qui s’est tenu dans un hôtel de la place a permis aux différents intervenants de se pencher sur cette problématique. Ciré Ba, conseiller technique n°1 de ce ministère a indiqué que cette journée était « organisée dans l’optique de promouvoir l’accès à la formation et le maintien des garçons et des filles dans les centres ».

Ciré Ba qui présidait la réunion a aussi déclaré que le volet sensibilisation était pris en charge car il est nécessaire de mettre tous les moyens à la disposition des décideurs et des acteurs du système afin que la dimension genre puisse être prise en compte  à tous les niveaux.   Pour « le cas spécifique de la formation professionnelle et technique, les déséquilibres sont encore visibles et cette situation entraine des reculs importants en matière d’équité et d’égalité de genre », fait-il remarquer. Ce qui nécessite la prise de mesures importantes qui répondent du coup à la recommandation de la conférence mondiale sur l’éducation pour tous, tenue en Thaïlande en 1990. En effet, il avait été recommandé que l’approche genre soit considérée afin que « des initiatives concrètes destinées à répondre aux besoins d’éducation et de formation fondamentaux prises par 155 pays dont le Sénégal » puissent être respectées.

Sala Sall, coordonnatrice de la cellule genre au ministère, a salué l’organisation de cet atelier qui a permis  d’échanger avec les décideurs de leur ministère sur beaucoup de points. « Plus particulièrement l’intégration du genre dans la formation professionnelle, l’apprentissage et l’artisanat ». Sala Sall affirme que cette formation est bénéfique à tous les niveaux car elle a permis aux décideurs de mieux maitriser la dimension genre afin de l’intégrer dans leur politique, leur projet et leur programme : « Nous sommes là aujourd’hui pour permettre à toutes ces personnes d’être en phase avec les politiques définies par le Chef de l’État, mais aussi par le ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat».

Michel Faye, directeur de la formation professionnelle et technique a relevé l'intérêt qu'il y a pour les personnes qui sont « du niveau opérationnel de l’exécution de la politique nationale du gouvernement, de prendre en compte les questions liées au genre pour toucher le maximum de populations, mais aussi pour faire l’impact sur la vie au quotidien dans les familles »

Ousmane Demba KANE
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 112 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance