Recherche

AMELIORATION DES OFFRES EDUCATIONNELLES DANS LE KABADA Touba Fall étrenne ses nouvelles salles de classe



Dans le sillage de l’amélioration des offres en matière d’éducation de base, l’Etat du Sénégal a réalisé trois salles de classe de type moderne à Touba Fall dans la communauté rurale de N’diamalatiel. Les bénéficiaires qui s’en réjouissent souhaitent aussi obtenir des aménagements structurants pour accompagner les enseignements/apprentissages suivant les besoins éducatifs et fonctionnels des apprenants.

L’accès et le maintien des enfants à l’école sont une réalité à Touba Fall, village de la communauté rurale de N’diamalatiel, dans l’arrondissement de Bogal. Ici, le fondateur du village non moins guide religieux, Cheick Yaram M’baye, a appuyé les acteurs de l’école à y implanter la toute première salle de classe avec le soutien du nommé Gandel Cissé.

Face à cette volonté manifeste de promouvoir l’enseignement du français à côté de l’arabe, l’Etat du Sénégal leur construit trois salles de classe au travers du programme «FASTRAC», à la grande satisfaction du marabout Cheick Yaram M’baye. «Nous sommes très satisfaits de la réalisation de ces salles de classe. Il est vrai que nous n’avons pas attendu la main de l’Etat pour investir dans le secteur de l’éducation avec l’aide de Gandel Cissé, à hauteur de 500.000F CFA. Il nous a soutenus à entamer une classe qui fut achevée grâce aux rendements issus d’un champ collectif villageois», a-t-il souligné. Et de poursuivre : «nous, nous sommes des producteurs qui ne comptons que sur le revenu sur l’agriculture et sachant que seules les études peuvent procurer le savoir et le pain, nous n’hésiterons pas à envoyer nos enfants à l’école en plus l’enseignement arabe qui leur est dispensé».

Cette école qui porte désormais le nom du président Macky Sall est partie pour être une référence dans le Kabada, a déclaré Cheick Yaram M’baye. Il se dit comblé par la vision du chef de l’Etat sous le magistère duquel ces salles de classe ont vu le jour.

Le directeur de cette école primaire, Moustapha Diatta, salue les efforts jusqu’ici déployés mais invite à y investir en ouvrages structurants pour combattre la déperdition des élèves. «Il s’agit principalement des latrines, du mur de clôture, de l’eau potable, des équipements scolaires et didactiques, d’une cantine scolaire pour vraiment mettre les enfants dans de bonnes conditions d’étude et donc de les maintenir», a-t-il indiqué. Et le guide religieux de solliciter aussi une case de santé «pour les premiers soins, étant entendu qu’un site aussi fréquenté doit administrer les soins primaires», a ajouté le marabout dont le «Ndiguël» (consigne) contribue à valoriser ce terroir enclavé du Kabada.

Au nom de l’Etat du Sénégal, l’inspecteur adjoint de Bounkiling, Abdoul Aziz Seck, et le sous préfet de Bogal, Babacar Kébé, ont réaffirmé les dispositions de l’Etat à promouvoir les enseignements jusque dans les coins les plus reculés, surtout dans cette partie nord de Sédhiou.

Moussa DRAME
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 110 fois
Education-Formation


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance