Recherche

ACCES AUX INSTANCES DE DECISION : Les femmes de Sagatta pour la parité



Les femmes la Communauté rurale de Sagatta Gueth, dans le département de Kébémer s’engagent à renverser la tendance au sein de leur collectivité.

Elles se fixent une représentation de 12 élues au niveau du Conseil rural pour les prochaines élections locales de 2009.

Elles ont exprimé cette volonté au cours de la rencontre initiée par la commission des femmes élues locales de l’Union des associations des élus locaux (Uael).

Cette commission composée de neuf femmes député, sénatrice, maire et conseillère est en tournée de sensibilisation à l’intérieur du pays avec comme slogan « Les femmes au cœur des conseils locaux ».

Une activité qui a reçu le soutien de la Coopération canadienne et dont l’objectif est de développer un plaidoyer en direction des leaders d’opinion pour une plus grande ouverture des instances de décision aux femmes, particulièrement celles rurales.

Selon la présidente de ladite commission, il faut que la situation change, parce que les femmes peuvent assumer toutes les responsabilités au sein des collectivités locales.

« Elles doivent en avoir la capacité, le niveau et la possibilité si elles ont confiance en elles-mêmes », déclare Mme Ngoné Ndoye.

Pour le maire de la commune d’arrondissement de Rufisque-Est, la commission « Femmes élues locales » va activement contribuer au renforcement de la participation des femmes à la vie politique locale et à élaborer et mettre en œuvre un plan d’action pour laquelle l’Uael vise la représentation des femmes à au moins 33% à l’issue des échéances de 2009.

Pour cela, des actions de plaidoiries sont développées partout au niveau des zones rurales pour accroître leur participation en matière d’implication des femmes et la maîtrise du processus électoral.

C’est ainsi, selon Mame Diarra Gaye, conseillère rurale à Sagatta, qu’il faudra lever un certain nombre de contraintes qui ont pour noms : manque d’information et de formation, pauvreté à cause d’un pouvoir économique des femmes encore faible, pesanteurs sociales et culturelles qui portent préjudice à une bonne présence des femmes dans les instances locales.

« Nous ne voulons pas prendre la place des hommes, mais nous voulons rester à leur côté », dixit Mme Gaye qui fixe pour 2009 l’objectif de 12 femmes élues au niveau du Conseil rural de Sagatta qui n’en compte que 2 sur les 24.

Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 841 fois
GENRE


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance